Archives pour la catégorie Programmes

Le livre antique dans le monde romain : témoignages littéraires et documentaires

Programme Semestre 1 – 2017-2018 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

Bien que notre connaissance de la littérature latine ne se fonde sur aucun document autographe, il est possible de reconstituer les modalités de composition et de diffusion des œuvres littéraires à Rome en fonction des typologies de celles-ci, de l’attitude des lettrés à l’égard de ces processus éditoriaux et de la valeur de l’acte auctorial en lui-même. Nous suivrons deux pistes de recherche complémentaires :

  1. d’une part, une attention particulière sera prêtée aux témoignages littéraires sur la constitution et sur la transmission des textes, de la forme du poème épique archaïque d’Ennius aux évolutions des élégies qu’Ovide écrivit pendant son exile, du réseau épistolaire que Cicéron avait créé en lien avec l’édition de ses traités rhétoriques et philosophiques jusqu’à la diffusion non autorisée des textes de Quintilien ou aux cas de plagiat dont se plaignait Martial ;
  2. d’autre part, nous nous proposons de reconstituer les caractéristiques des œuvres littéraires latines à partir des fragments de papyrus, de codices en parchemin et d’autres types de support documentaire qui ont été conservés et transmis jusqu’à nous, notamment le papyrus de Cornélius Gallus (P.QasrIbrîm 1), témoignage fondamental sur l’origine de l’élégie latine à partir des recueils d’épigrammes ; le dialogue entre Alexandre le Grand et les Gymnosophistes (PSI VII 743), exemple de récit fantastique lié à la morale populaire ; certains des plus anciens témoins de Térence, de Virgile et de Juvénal sur papyrus (P.Oxy. XXIV 2401, P.Vindob. inv. L 103, PSI II 142 vo, P.Ant. inv. s.n.), sans oublier la littérature technique médicale ou gastronomique (P.Mich. VII 449, P.Heid. inv. Lat. 1).

L’étude de ces documents nous permettra de proposer un parcours inédit dans la littérature latine, suivant les dynamiques de transmission de celle-ci en Égypte (Nag Hammadi, Oxyrhynque, Karanis, etc.), jusque dans les provinces les plus éloignées de l’empire, et de reconstituer ainsi un moment fondamental de l’histoire de la culture occidentale. En plus des fiches proposées par le Leuven Database of Ancient Books (http://www.trismegistos.org/ldab/index.php), les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne dans le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire:

  1. Cornélius Gallus
  2. Le récit d’Alexandre et les Gymnosophistes
  3. Les premiers livres à Rome, entre mythe et réalité
  4. Catulle et l’écriture des textes poétiques
  5. Cicéron et l’écriture des textes en prose
  6. L’histoire du texte de Térence à l’école
  7. La mise à jour du « canon » des auteurs lus à l’école
  8. Juvénal et les scholies aux satires: P. Ant. s.n. (VIᵉ s.)

Sénèque et la satire : une lecture de l’Apocoloquintose

capture-decran-2017-02-06-a-12-24-01

Saint Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 569, inscriptio (www.e-codices.unifr.ch)

Programme Semestre 2 – 2016-2017 (M2-M4 LC56LA) : mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

À la demande du jeune Néron, en 54, Sénèque se trouva obligé d’écrire l’éloge funèbre de l’empereur Claude, responsable de son exil et de son absence de Rome pendant huit ans. Bien que le discours, prononcé par Néron, fût touchant et élégant, le public, qui en connaissait l’auteur, ne put retenir le rire devant l’exaltation rhétorique de la sagesse du défunt. En même temps, auprès du même milieu aristocratique qui avait assisté à cette laudatio, Sénèque fit circuler un pamphlet connu sous les titres de Ludus de morte Claudii et d’Apokolokyntosis, voire encore de Diui Claudii apotheosis per saturam. Il s’agissait là d’une invective personnelle âpre, décrivant Claude comme un être dépourvu de qualités intellectuelles et de force morale, qui, après sa mort, n’avait pu se faire admettre dans l’assemblée des dieux et qui avait fini par être envoyé aux Enfers comme esclave de l’affranchi Ménandre.

L’Apocoloquintose appartient au genre de la satire ménippée, mêlant prose et vers, tons sérieux et comiques, polémique et préceptes moraux d’inspiration cynique. Sénèque se sert de cette forme littéraire pour produire un texte extraordinaire, qui inclut un nombre particulièrement élevé de citations et de réminiscences littéraires de toutes sortes, qui combine les niveaux linguistiques et stylistiques les plus différents, dans le but d’émettre, sous le voile de l’ironie, un verdict sans appel à l’égard d’un princeps fortement détesté.

L’édition de référence de l’Apocoloquintose est celle de Renata Roncali, L. Annaei Senecae Diui Claudii ΑΠΟΚΟΛΟΚΥΝΤΩΣΙΣ, Leipzig, Teubner 1990.

Commentaires particulièrement utiles : Carlo Ferdinando Russo, L. Annaei Senecae divi Claudii Ἀποκολοκύντωσις, Firenze 1985⁶ ; P. T. Eden, Seneca: Apocolocyntosis, Cambridge 2002² ; Luciano De Biasi, Apocolocyntosis, in Id. et al. Lucio Anneo Seneca. La clemenza, Apocolocyntosis, Epigrammi, Frammenti, Torino 2009, 301-477 ; Alice Bonandini, Il contrasto menippeo: prosimetro, citazioni e commutazione di codice nell’Apocolocyntosis di Seneca, Trento 2010.

Index du séminaire :

  1. Introduction à la satire latine
  2. Le titre de l’Apocoloquintose
  3. Chapitre 1 : le préambule historiographique
  4. Chapitre 2 : les périphrases épiques
  5. Chapitres 3-4 : Mercure, Apollon et les Parques
  6. Le discours De iure honorum Gallis dando de l’empereur Claude
  7. Claude : empereur érudit
  8. Chapitre 5 : Hercule comique et le dialogue homérisant
  9. Chapitre 6 : l’arrivée de Fièvre
  10. Chapitre 7 : Hercule tragique et Claude
  11. Chapitre 8 : le discours du dieu anonyme
  12. Chapitre 9 : les discours de Janus et de Diespiter
  13. Chapitres 10-11 : le discours d’Auguste
  14. Chapitre 12 : les laudes Claudii
  15. Chapitre 13 : Claude aux Enfers
  16. Chapitre 14a : le procès de Claude
  17. Chapitres 14b-15 : le double verdict

Pompéi : reconstitution d’un espace littéraire

sans-titre

Programme Semestre 1 – 2016-2017 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

Le processus de romanisation de l’ancienne ville osque de Pompéi, colonisée par Sylla et caractérisée par la présence d’une tradition hellénistique vivante, a produit un espace littéraire riche et multiforme, mais moins connu que les vestiges archéologiques et artistiques qui sont visibles encore aujourd’hui. Afin de reconstituer la circulation des textes et les activités culturelles de Pompéi, nous nous intéresserons à trois types de sources :

  • Les carmina Latina epigraphica pompéiens témoignent de la diffusion de la littérature alexandrine, mais aussi des liens étroits avec les avant-gardes littéraires de Rome, comme le prouvent la production épigrammatique du poète Tiburtinus par rapport à l’expérience néotérique ou l’émergence précoce de thèmes élégiaques dans plusieurs graffiti.
  • En ce qui concerne le théâtre, les genres mineurs comme le mime et l’atellane offrent une vaste typologie de formes parodiques, allant de la représentation caricaturale de différents groupes sociaux jusqu’à la dérision des topoi tragiques, et finissent par « contaminer » d’autres formes d’écriture poétique.
  • Enfin, certains documents de latin non-littéraire, comme les tablettes des Sulpicii et celles de L. Caecilius Iucundus, permettent de faire des parallèles avec la langue des affranchis du Satyricon et de jeter un nouveau regard sur le « réalisme » du roman.

Tous les textes seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne sur le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire :
  1. Pompéi : les sources écrites
  2. Pompéi : le contexte et son histoire
  3. Les épigrammes de Tiburtinus
  4. La diffusion du genre épigrammatique à Rome
  5. La poésie pré-néotérique à Rome
  6. De l’épigramme à l’élégie: Cornélius Gallus
  7. Les citations littéraires dans les graffiti de Pompéi
  8. Le langage formulaire de l’élégie dans les graffiti de Pompéi
  9. Les ludi scaenici à Pompéi
  10. Les formes de théâtre populaire : l’Atellane
  11. Les formes de théâtre populaire : mime et pantomime
  12. Les ludi circenses
  13. Les affiches électorales (programmata)
  14. Les textes juridiques sur tablettes
  15. Les abécédaires
  16. Textes latins sur papyrus d’Herculanum et Pompéi
Plan de Pompéi (CIL iv, 1867)
Plan touristique du site actuel de Pompéi
Alison E. Cooley et M.G.L. Cooley éds., Pompeii and Herculaneum. A Sourcebook, London–New York 2014². 
Marcello Gigante, Civiltà delle forme letterarie nell'antica Pompei, Napoli 1979.

Un voyage rapide comme un rêve : le Somnium Scipionis

Mai1828_Class.auct.vol.1_tavola

Programme 2015-2016 – 2ⁿᵈ semestre
(tous les mardis, 16h-18h, en Sorbonne, salle E659)

Les expériences oniriques permettent de dévoiler des désirs et d’imaginer ce qu’il n’est pas possible de croire. Dans la partie la plus longue qui nous soit parvenue du sixième et dernier livre du De republica, et qui a eu une tradition manuscrite beaucoup plus importante que tout le reste de l’œuvre, Cicéron adopte le topos du songe pour introduire le voyage astral du protagoniste et trouve ainsi un équilibre parfait entre spéculation et imagination.

Se servant d’une technique narrative complexe, où un personnage interne au récit, Scipion Émilien, raconte un songe qu’il a fait en Afrique (le somnium Scipionis au sens subjectif), et dont le protagoniste avait été son grand-père, Scipion l’Africain (le somnium Scipionis au sens objectif), Cicéron développe plusieurs thèmes qui avaient une longue tradition littéraire et philosophique : l’oraculum, portant spécifiquement sur la carrière politique et militaire de Scipion Émilien, la révélation du destin des âmes après la mort et la description des sphères qui forment la structure de l’univers et qui produisent une harmonie musicale « céleste » par leur rotation. Une représentation géographique de la Terre permet enfin d’introduire le thème de la gloire, que Cicéron avait développé dans son De gloria, aujourd’hui perdu, écrit peu avant le De officiis, où cette question est également traitée en détail.

Dans ce séminaire, nous examinerons un certain nombre de problèmes textuels qui permettent de réfléchir, plus largement, à la forme littéraire du Somnium Scipionis, aux topoi des songes et des voyages dans l’au-delà dans la littérature antique, à la langue archaïsante de ce dialogue censé se dérouler en 129 av. J.‑C.

Grâce à la collaboration de Jean-Baptiste Guillaumin (MCF à l’UFR de latin et membre junior de l’IUF), une partie des séances sera réservée aux commentateurs tardo-antiques du Somnium, au rapport entre philosophie et encyclopédisme dans les interprétations de ce texte et, plus spécifiquement, à l’exposé d’astronomie que l’on trouve dans le Commentaire de Macrobe.

L’édition de référence du Songe de Scipion est celle de R. Caldini Montanari, Tradizione medievale ed edizione critica del Somnium Scipionis, Firenze 2002, mais il faudra également tenir compte de J. G. F. Powell, M. Tulli Ciceronis De re publica, De legibus, Cato Maior De senectute, Laelius De amicitia, Oxford 2006. Tous les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire.

Index du séminaire :
  1. La tradition textuelle du De republica
  2. Les manuscrits du Somnium antérieurs au XIIᵉ siècle
  3. L’écriture du De republica
  4. Le De republica : aspects structuraux
  5. Le Somnium Scipionis : aspects structuraux
  6. Le Somnium : songe, vision ou fiction ?
  7. La révélation de l’immortalité de l’âme et le platonisme pythagorisant du Somnium
  8. La révélation astrale
  9. L’harmonie des sphères
  10. La gloire et l’espace
  11. La gloire et le temps
  12. L’automotricité de l’âme
  13. Le commentaires de Favonius Eulogius et de Macrobe

Le latin à Byzance (IVᵉ-VIIIᵉ siècles) : langue, littérature et culture

Programme 2015-2016 – 1ᵉʳ semestre
(tous les mardis, 16h-18h, en Sorbonne, salle E659)

La fondation de Constantinople par Constantin Iᵉʳ en 330 est un événement exceptionnel : en effet, cette ville, conçue comme une noua Roma, représente l’État romain, avec ses institutions et son apparat bureaucratique et militaire, qui s’organise dans le monde grec, qui y favorise le progrès de la langue latine, et qui crée les conditions d’une latinisation durable.

Dans l’histoire de ce transfert, les rapports entre le grec et le latin évoluent et se modifient constamment. D’abord, de nombreuses tensions socio-culturelles souterraines, qui n’avaient pas été entièrement résolues, resurgissent autour de la question des modèles de formation : à l’avocat-rhéteur, formé à la mode hellénique pour la société provinciale des poleis se substitue l’avocat-juriste, transformé en officialis supérieur, à la disposition d’un gouverneur ou d’un haut fonctionnaire, et instruit dans le cadre d’un enseignement supérieur dont l’État détient désormais le monopole. Puis, sur la longue durée, le latin perd progressivement du terrain dans le fonctionnement de l’administration, mais cette perte d’influence en tant que langue d’usage des fonctionnaires est concomitante d’un renversement de valeurs : par la constitution du corpus iuris ciuilis et de sommes grammaticales comme l’Ars Prisciani, par la transcription d’importantes œuvres littéraires voulue par un milieu aristocratique sensible aux classiques, le latin devient une langue de culture face au grec, langue d’usage et de pouvoir.

Dans ce séminaire, nous nous intéresserons à tous les aspects de ces dynamiques linguistiques, littéraires et culturelles. Seront notamment abordés les sujets suivants :

  1. la circulation des manuscrits, les bibliothèques et les pratiques d’écriture (témoignages paléographiques, papyrologiques et épigraphiques)
  2. le phénomènes d’appropriation littéraire : les traductions, les formes d’aemulatio, le système des genres littéraires
  3. la constitution des corpus juridiques et grammaticaux
  4. la langue de l’Église
  5. la langue de l’armée
  6. le cérémonial de la cour byzantine.

Les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire.

Index du séminaire :
  1. Le latin dans la pars Orientis de l’Empire (Iᵉʳ-IIIᵉ s.)
  2. Les glossaires bilingues hétérographiques
  3. La production écrite de l’empereur Constantin (1)
  4. La production écrite de l’empereur Constantin (2)
  5. La culture littéraire de Constance II à Valens
  6. Conflits sous Constance II
  7. L’émergence du digraphisme
  8. Le premier codex miscellaneus grec-latin
  9. Les plus anciennes subscriptiones
  10. Byzance ville multilingue sous Arcadius
  11. Théodose II et la « division du travail linguistique »
  12. Le latin juridique sous Théodose II
  13. La création de l’université de Constantinople
  14. La constitution d’un corpus boécien à Constantinople
  15. L’ars Prisciani et la naissance d’une « interlangue »
  16. Le corpus iuris ciuilis de Justinien
  17. Latin et grec dans l’administration de Justinien