Archives de catégorie : Programmes

Seminari romani. Per una ricostruzione del Dubius sermo di Plinio

Ms. Firenze, Biblioteca Medicea Laurenziana, Plut. 82.4, fol. 3r.

Università di Roma La Sapienza: 12, 14 e 17 giugno 2024

Come nel caso della Naturalis historia, il Dubius sermo, che precedette l’opera principale di Plinio di dieci anni e dei cui otto libri si conservano all’incirca 130 frammenti,  propone un inventario ispirato a esigenze di esaustività e non di rigida normatività, applicandolo all’universo della lingua.

Se ciò che è corretto, secondo una prospettiva scolastica, deve rispettare una norma, tanto la consuetudo quando l’uso degli scrittori sono certamente corretti nella misura in cui rispettano le regulae, ma non sono censurati quando se ne discostano per il semplice fatto che se ne discostano; anzi, in diversi casi le loro opzioni rispondono a criteri (ad esempio di precisione semantica) che risultano prevalenti nell’uso e che in quanto tali finiscono per essere accettati. Plinio scelse di darne conto senza interporre un filtro soggettivo o comunque selettivo, tramandando così nei secoli un quadro del tutto unico per ricchezza di attestazioni, ma al tempo stesso sconcertante per chi, come grammatici e filosofi, aspirava a eliminare i dubia dal sistema grammaticale del latino.

In questi seminari verranno affrontati i problemi relativi alla composizione dell’opera, alle teorie linguistiche tra la fine della Repubblica e l’inizio dell’età imperiale, e alla trasmissione del testo.

  1. Il Dubius sermo nella storia del pensiero linguistico antico
  2. Le differentiae e la tradizione serviana del Dubius sermo
  3. Il Dubius sermo in Prisciano

Bibliografia selettiva

Edizioni

  1. Adriana Della Casa, Il Dubius sermo di Plinio, Genova 1969.
  2. Antonio Mazzarino, Grammaticae Romanae fragmenta aetatis Caesareae, Torino 1955², 214-331.

Articoli recenti

  1. Alessandro Garcea, « Nota a Cledonio, fonte della dottrina pliniana sui pronomi », Paolo D’Alessandro & Angelo Luceri éds., Doctissimus antiquitatis perscrutator. Studi latini in onore di Mario De Nonno, Roma, Roma TrE-Press, 2024, 344-354.
  2. Alessandro Garcea, « L’integrazione dei grecismi in latino all’inizio dell’età imperiale: Plinio il Vecchio e Quintiliano », La lingua greca nella tradizione grammaticale latina, Atti della XIII Giornata Ghislieriana di Filologia classica, éds. Fabio Gasti, Andrea Pizzotti, Foggia, Il Castello edizioni, 2023, 25-41.
  3. Alessandro Garcea, « Charisius 1,15 and 17 revisited: The use and adaptation of Pliny », C. Giammona, M. Rosellini, E. Spangenberg Yanes éds., Latin Grammarians Forum 2021, Collectanea Grammatica Latina 18, Supplementum 1, Hildesheim, Weidmann, 2023, 41-99.
  4. Alessandro Garcea, « Views on ‘Early Latin’ in Grammatical Texts », James N. Adams, Anna Chahoud, Giuseppe Pezzini éds., Early Latin. Constructs, Diversity, Reception, Cambridge, CUP, 2023, 527-548.
  5. Alessandro Garcea, Una Wunderkammer della lingua latina : Plinio il Vecchio e il suo Dubius sermo», Atti dell’Accademia delle Scienze di Torino 3 (2023), 215-228.
  6. Alessandro Garcea, « Pliny’s Dubius sermo and auctoritas: Some notes on the indirect transmission of Latin authors », Materiali e discussioni per l’analisi dei testi classici 86 (2021), 35-76.
  7. Alessandro Garcea, «Diomedes as a Source for Plint’s Dubius Sermo: Some Editorial Problems», Rationes Rerum 14 (2019), 53-71.

 

 

Lezioni varroniane

Scuola Normale Superiore di Pisa (21, 26, 27 marzo)

Nonostante la grave mutilazione e le numerose lacune che si aprono anche all’interno della parte superstite, il de lingua Latina di Varrone costituisce il documento più prestigioso della riflessione condotta in ambiente latino sulla lingua e la testimonianza più ampia della controversia che in ambiente greco aveva opposto le due scuole degli analogisti e degli anomalisti. Essa, a quanto lascia intendere Varrone, si rinnova a Roma nel periodo in cui, dopo la libertà in qualche modo sperimentale della produzione arcaica, si manifesta l’esigenza di individuare criteri che disciplinino la lingua letteraria.

Il difficile equilibrio in cui si muove Varrone nel tentativo di conciliare con posizioni e metodi di ascendenza alessandrina la convinzione che il linguaggio abbia origine naturale determina la tensione che percorre tutto il de lingua Latina.  Questa caratteristica d’ordine interno si combina con un problema di natura storiografica, ovvero con il dubbio che Varrone rinnovi artificiosamente in ambiente romano una controversia di cui è se non il solo almeno il più circostanziato testimone, e della quale in epoca relativamente recente è stata o negata la storicità o ridimensionata la portata. Al fine di chiarire il tono dell’opera e di individuarne l’obiettivo polemico pare opportuno condurne una lettura comparata con la contemporanea produzione di opere sulla lingua latina, purtroppo pervenuteci in condizioni frammentarie.

  1. Il contesto culturale del De lingua Latina
  2. La classificazione delle parti del discorso
  3. Forma, natura e convenzione

Edizioni recenti:

ed. A. Duso 2017 (ling. 9)

 

ed. W. De Melo 2019

   

ed. G. Bonnet 2021-2022

ed. W. Pfaffel 2023

Le De rerum natura de Lucrèce et son langage

Lucretius Carus, Of the Nature of Things (London 1714)

Programme Semestre 1 – 2023-2024 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Le poème de Lucrèce, De rerum natura, écrit au milieu du premier siècle avant J.-C., représente incontestablement une contribution essentielle et durable au langage de la philosophie latine. Le style utilisé par son auteur a un caractère d’unicité, dans la mesure où il est à la fois archaïque dans ses échos épiques et moderne dans ses formations néologiques ; puriste sans pour autant oublier l’apport du grec ; tout aussi intime que tendant vers le sublime. Les genres littéraires et les registres linguistiques qui y sont évoqués sont donc nombreux et variés. 

Ce séminaire propose, d’abord, d’étudier le binôme ‘nature’ et ‘culture’ dans la théorie linguistique épicurienne, permettant ainsi de mieux apprécier le problème de l’egestas linguae et les solutions adoptées par Lucrèce. Celles-ci tournent autour de quelques questions théoriques qui seront examinées en détail, notamment : le recours au langage figuré, impliquant la nécessité de la métaphore et de la métonymie ; l’importance de l’étymologie latine, explicite et implicite, incluant parfois le recours au grec et aux mots composés et préfixés. Enfin, il sera possible d’examiner dans quelle mesure le style de Lucrèce ne dépend pas seulement de la théorie épicurienne, mais aussi des attitudes romaines contemporaines en matière de style et de langage. Le résultat de cette enquête consistera en une lecture à la fois littéraire, linguistique et philosophique de l’un des poèmes les plus importants que le monde romain nous ait laissés en héritage. 

Bibliographie

L’édition de référence du De rerum natura est celle de Marcus DEUFERT, Titus Lucretius Carus. De rerum natura libri VI, Bibliotheca Teubneriana, Berlin 2019, accessible online sur le site de la BIS. Les textes étudiés seront tous mis en ligne dans le carnet de recherche du séminaire (https://llhdt.hypotheses.org/). Pour une première approche du sujet, voir : Barnaby TAYLOR, Lucretius and the Language of Nature, Oxford 2020.

Programme :

  1. Le projet de Lucrèce dans son contexte culturel (1)
  2. Le projet de Lucrèce dans son contexte culturel (2)
  3. Nature et convention dans les théories linguistiques épicuriennes
  4. Épicure et Lucrèce sur les tropes
  5. Métaphores nécessaires et métaphores inutiles
  6. Les métaphores de Lucrèce : des conflits entre philosophie et littérature ?
  7. Métaphore et parcours d’interprétation
  8. Relations étymologiques chez Lucrèce
  9. Étymologies implicites chez Lucrèce
  10. Lucrèce et la langue grecque
  11. Calques et composés chez Lucrèce

Parler et écrire le grec à Rome : aspects linguistiques, littéraires et idéologiques

P.Ryl. I 61r (Cic. Catil. 2,15)

Programme Semestre 2 – 2022-2023 (M2-M4 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Dans leurs créations littéraires, les Romains ont reproduit, dans un premier temps, la perspective « hellénocentrique » de leurs modèles : de même que les Grecs considéraient quiconque n’appartenait pas à leur ethnie comme un « barbare », de même, Plaute appelait Naevius poeta barbarus et avait recours à l’expression uortit barbare pour indiquer la transposition linguistique de ses sources. Bientôt, toutefois, l’application des catégories grecques à la description des structures du latin a entraîné la naissance de la thèse selon laquelle la langue de Rome était une sorte de dialecte grec, une forme d’éolien. Des théories historiographiques – notamment l’idée d’une origine arcadienne de Rome – contribuaient à renforcer le lien entre les deux peuples, dont les idiomes formaient désormais une unité, utraque lingua. Ce séminaire sera consacré aux conséquences qui se dégagent de ces mutations, en ce qui concerne le statut des locuteurs, le contexte général et les oppositions structurantes de la société, comme celle entre l’espace public et l’espace privé. Il prendra en compte les phénomènes de « contact », « interférence », « code-switching » ou passage d’une langue à l’autre au sein d’un même discours, etc., jusqu’à la définition de la notion de « langue de contact » ou de « langue mixte », située à l’intersection du grec et du latin.

Bibliographie : les textes (Varron, Cicéron, sources documentaires) seront tous proposés en ligne dans le carnet de recherche du séminaire (https://llhdt.hypotheses.org/). Pour une première approche on se reportera à J. N. Adams, Bilingualism and the Latin Language, Cambridge 2003.

Programme du séminaire :

  1. La traduction à Rome : problèmes théoriques
  2. L’Odusia de Livius Andronicus: la première “traduction” littéraire en latin
  3. Les origines grecques de la langue latine
  4. Le latin comme langue mixte chez Varron
  5. Le bilinguisme des élites romaines
  6. Le grec dans la correspondance de Cicéron
  7. Le bilinguisme du IIᵉ siècle p.C. (1) : Apulée
  8. Le bilinguisme du IIᵉ siècle p.C. (2) : Aulu-Gelle
  9. Grec et latin à Byzance
  10. Grec et latin sous Justinien

 

Le mime à Rome : pour la reconstitution d’un genre disparu

C. Watzinger, Mimologen, MDAI(A) 26, 1901, Tafel I

Programme Semestre 1 – 2022-2023 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Connu déjà au IIIe siècle a. C., en Égypte et dans d’autres royaumes hellénistiques, le théâtre du mime s’est répandu à Rome et dans toute l’Italie à partir de la République jusqu’à l’époque wisigothique et, dans l’empire romain d’Orient, jusqu’à Justinien, peut-être même au delà, dans les villes les plus différentes, d’Antioche à Alexandrie, de Byzance à Carthage. Les témoignages qui concernent ce genre « mineur » sont toutefois souvent ambigus et difficiles à interpréter : ils prouvent néanmoins de façon indéniable que les acteurs y avaient une fonction centrale et qu’ils occupaient l’imaginaire collectif. Dans ce séminaire, nous étudierons les conditions historiques de diffusion du mime, les auteurs, les acteurs et leurs publics, mais surtout les textes et les mises en scène que l’on peut reconstituer. Les intrigues se caractérisent par leur variété : non seulement des adultères, mais aussi des violences, des polémiques idéologiques et religieuses, des inventions comparables à celles du roman et de la mythologie. Du point de vue stylistique, nous nous intéresserons aux formes du comique (mimicus risus), aux stratégies de frustration des attentes et du réalisme érotique, ainsi qu’aux schémas narratologiques, dont celui de la mort et résurrection du protagoniste (mors mimica). Des incursions dans les sources archéologiques et iconographiques sont également prévues. En effet, si nous voulons comprendre des genres dramatiques tels que le mime latin, qui ne nous sont parvenus que sous forme de fragments, nous ne devons pas nous limiter aux scénarios ou aux témoignages concernant la forme dramatique fragmentaire de ces genres, mais nous devons également regarder ailleurs afin de mieux comprendre la position de cette forme de divertissement dans la société : les preuves épigraphiques concernant les mimes-acteurs, les représentations des mimes-acteurs et des mimes-actrices dans des contextes funéraires, et les scènes du mime dans des contextes artistiques (décorations de maison ou de théâtre). En examinant la culture matérielle associée au mime, nous pouvons être témoins d’une tension entre l’impression que les sources littéraires nous donnent sur cette forme de divertissement et l’impression donnée par les preuves visuelles et écrites. Dans l’ensemble, la culture visuelle a aussi ses propres préjugés, et en combinant les preuves de la culture matérielle avec les preuves textuelles que l’image du mime latin dans la société romaine devient à certains égards floue et dissonante, et pour cette raison plus crédible et réaliste.

Ce séminaire inclura la conférence du Prof. Costas Panayotakis (Université de Glasgow), «The Latin mime: texts and material culture». Il est très utile de se reporter aux travaux de cet éminent chercheur, notamment à :

  • Panayotakis, C. (2014) Hellenistic mime and its reception in Rome. In: Fontaine, M. and Scafuro, A.C. (eds.) The Oxford Handbook of Greek and Roman Comedy. Oxford University Press: Oxford, pp. 378-396.
  • Panayotakis, C. (2014) Towards a new critical edition of the sententiae associated with Publilius. In: López Izquierdo, M. (ed.) La traversée européenne des “Proverbia senecae”: de Publilius Syrus à Érasme et au delà. Series: Aliento (5). Editions Universitaires de Lorraine: Nancy, pp. 15-50.
  • Panayotakis, C. (2013) The collection of sententiae associated with the mimographer Publilius and its portrayal of laughter, tears, and silence. Logeion, 3, pp. 101-119.
  • Panayotakis, C.(Ed.) (2010) Decimus Laberius. The Fragments. Cambridge University Press: Cambridge.
  • Panayotakis, C. (2008) Virgil on the popular stage. In: Hall, E. and Wyles, R. (eds.) New Directions in Ancient Pantomime. Oxford University Press: Oxford, pp. 185-197.
  • Panayotakis, C. (2006) Women in the Greco-Roman mime of the Roman Republic and the Early Empire. Ordia Prima Revista de Estudios Clasicos, 5, pp. 121-138.
  • Panayotakis, C. (2005) Comedy, atellane farce, and mime. In: Harrison, S.J. (ed.) A Companion to Latin Literature. Blackwell Publishing: Malden, USA, pp. 130-147.
  • Panayotakis, C. (1997) Baptism and crucifixion on the mimic stage. Mnemosyne: A Journal of Classical Studies, 50(3), pp. 302-319.
  • Panayotakis, C. (1995) Theatrum Arbitri: Theatrical Elements in the Satyrica of Petronius. Series: Mnemosyne: bibliotheca classica Batava Supplementum, 146. E.J. Brill: Leiden.

Pour une première approche du théâtre romain on se reportera à

  • G. Manuwald, Roman Republican Theater, Cambridge 2011.
  • G. Petrone (éd.), Storia del teatro latino, Rome 2020 [notamment B. Zimmermann, «Mimo e pantomimo a Roma», 269-279].

Les sources sur le mime à Rome sont présentées par

  • M. Bonaria, Mimorum Romanorum fragmenta, I : Fragmenta ; II : Fasti mimici et pantomimici, Genova 1955
  • M. Bonaria, Romani mimi, Roma 1965.

Sur l’histoire du mime, il est possible de se reporter à :

Programme du séminaire :

  1. Les origines
  2. Hupotheseis et paignia
  3. L’intrigue de l’adultère
  4. Le thème de Phèdre
  5. Thèmes et personnages complémentaires (1)
  6. Thèmes et personnages complémentaires (2)
  7. Le mimicus risus
  8. La langue du mime
  9. Publilius et les sententiae
  10. Comment lire les Mimiambes de Cn. Matius ?
  11. Mime et pantomime dans l’Ars amatoria d’Ovide

 

Formes de l’invective à la fin de la république à Rome (2) : Catulle

Programme Semestre 2 – 2021-2022 (M2-M4 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Un aspect souvent négligé de la production poétique de Catulle est lié au recours à l’invective. Celle-ci assume une pluralité de formes qui correspondent aux domaines auxquels elle est appliquée : les insultes et les polémiques deviennent ainsi un moyen indirect pour définir l’identité du poète et jouent un rôle fondamental dans les interactions sociales ; elles ont la force synthétique d’une argumentation rhétorique et puisent dans le même répertoire thématique. Nous nous concentrerons notamment sur les carmina d’invective politique, qui permettent à Catulle d’attaquer différentes typologies de personnages : il ne s’agit pas pour lui de proposer un idéal de la res publica qui remplace celui des triumvirs ou des optimates, mais de stigmatiser la corruption et la vulgarité de ceux qui jouissent de la faveur des puissants. Dans cet ensemble, se signalent notamment les carmina contre Cominius, dont le poète imagine le lynchage (discerptio) par la foule (102 et 108) ; la transposition littéraire d’une procédure de justice populaire comme la flagitatio contre une moecha (42) ; les agressions verbales contre César et les hommes de son entourage, notamment le praefectus frabrum Mamurra (29, 41, 43, 54, 57, 93, 94, 105, 114, 115).

L’édition de référence de Catulle est celle de R. A. B. Mynors, C. Valerii Catulli Carmina, Oxford 1958. Parmi les très nombreux commentaires des carmina, on se reportera notamment à C. J. Fordyce, Catullus. A Commentary, Oxford 1961, ainsi qu’au tout récent A. Fo, Gaio Valerio Catullo. Le poesie, Milan 2018.

Formes de l’invective à la fin de la république à Rome (1) : l’In Pisonem de Cicéron

Programme Semestre 1 – 2021-2022 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Le discours In Pisonem est un violent réquisitoire, prononcé pendant l’été 55, contre le beau-père de César, considéré par Cicéron comme l’un des responsables de son exil de 58. Le caractère singulier de ce texte et les qualités littéraires qu’il révèle sont liés à l’adoption des formules typiques de l’invective et à la mise en parallèle (sunkrisis) des uirtutes de l’orateur et des uitia de l’antagoniste. Le fait que, pendant la même année 55, Cicéron ait écrit son De oratore nous incite à proposer une comparaison entre le modèle idéal d’éloquence esquissé dans le dialogue théorique et une pratique de l’éloquence tout à fait singulière : le réalisme du lexique, la place laissée au sermo familiaris et la tendance à représenter l’adversaire comme un masque comique obscène contribuent à distinguer l’In Pisonem du reste des discours cicéroniens. L’appartenance de Pison à l’épicurisme sera également abordée à partir des topoi de la littérature populaire anti-épicurienne contemporaine et de l’influence exercée à Rome par Philodème de Gadara.

L’In Pisonem est disponible en deux excellentes éditions, procurées par R. G. M. Nisbet (M. Tulli Ciceronis in L. Calpurnium Pisonem oratio, Oxford 1961) et par P. Grimal (Cicéron. Contre L. Pison, Paris 1966).

Bibliographie sélective

Invectives à Rome

ARENA V., «Roman Oratorical Invective», in : A Companion to Roman Rhetoric, éd. W. Dominik – J. Hall, Malden MA – Oxford 2007, 149-160.

CORBEILL A., «Ciceronian Invective», in :  Brill’s Companion to Cicero: Oratory and Rhetoric, éd. J. M. May, Leiden 2002, 197–218.

HAMMER S., «Contumeliae, quae in Ciceronis invectivis et epistulis occurrunt,
quatenus Plautinum reddeant sermonem», Rozprawy Akademii Umiejȩtnościi Wydzial
Filologiczny 26, 1906, 179-218.

In Pisonem

BLOCH H.L.,  «L. Calpurnius Piso Caesoninus in Samothrace and Herculaneum», American Journal of Archaeology 44, 1940, 485-493.

BONSANGUE V., «Il cipiglio del console. Allusioni e riscritture comiche nell’in Pisonem di Cicerone», Pan 22, 2004, 201-221.

CAVARZERE A., «Note alla in Pisonem di Cicerone», Materiali e Discussioni per l’analisi dei testi classici 33, 1994, 157-176.

CRISTOFOLI R., «Epicureo e politico: Lucio Calpurnio Pisone Cesonino», Giornale Italiano di Filologia, n.s. 3, 2012, 63-82.
 

DE LACY Ph., «Cicero’s Invective against Piso», Transactions and Proceedings of the American philological Association 72, 1941, 49-58.

DUGAN J., «How to Make (and Break) a Cicero: Epideixis, Textuality, and Self-fashioning in the Pro Archia and In Pisonem», Classical Antiquity 20, 2001, 35-77.

FERRARY J.L., «Réponse à Miriam Griffin», in : Cicéron et Philodème, éds. C. Auvray-Assayas – D. Delatte, Paris 2001, 85-99.

GARCEA A., Cicerone in esilio. L’epistolario e le passioni, Hildesheim – Zürich – New York 2005.

GOZZOLI S., «La in Pisonem di Cicerone: un esempio di polemica politica», Athenaeum 74, 1990, 451-463.

GRIFFIN M., «Piso, Cicero and their Audience», éds. C. Auvray-Assayas – D. Delatte, Paris 2001, 85-99.

GRIMAL P., «Le contenu historique du Contre Pison», Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 110/1, 1966, 95-107.

HUGHES J.J., «Piso’s Eyebrows», Mnemosyne 45, 1992, 234-237.

KOSTER S., Die Invektive in der griechischen und römischen Literatur, Meisenheim am Glan 1980.

KUBIAK D.P., «Piso’s Madness (Cic. in Pis. 21 and 47)», American Journal of Philology, 110, 1989, 237-245.

LOMANTO V., «Cedant arma togae», in : De tuo tibi. Omaggio degli allievi a Italo Lana, Bologna 1996, 115-141.

LOMANTO V., «Vendicarsi con la parola (in Pisonem 56 – 63a)», in : Linguaggi del potere, poteri del linguaggio, éds. E. BOna – M. Curnis, Alessandria 2010, 233-250.

MARSHALL B.A., «The Date of Delivery of Cicero’s in Pisonem», Classical Quarterly 25, 1975, 88-93.

PARATORE E., «Osservazioni sullo stile dell’orazione ciceroniana in Pisonem», in : Atti del I Congresso di studi ciceroniani, II, Roma 1961, 9-53.

PARATORE E., «Il linguaggio dell’aggressività nella Pisoniana e nella seconda Filippica», Ciceroniana, 8, 1994, 27-43.

PETRONE G., «Incrocio di fabulae nell’orazione contro Pisone», in : Lo spettacolo della giustizia, éds. G. Petrone – A. Casamento, Palermo 2006, 165-180.

SCUOTTO E., «Realtà umana e atteggiamenti politici e culturali di Lucio Calpurnio Pisone Cesonino», Rendiconti della Accademia di Archeologia Lettere e Belle arti, n.s. 47, 1972, 149-166.

TANDOI V., «Su tre cruces dell’in Pisonem», Rivista di Cultura classica e medioevale 20, 1978, 1189-1205 = Studi di filologia e di storia della cultura classica, I, Pisa 1992, 271-286.

VAN DER BLOM H., «Fragmentary speeches: the oratory and political career of Piso Caesoninus», in : Community and communication: oratory and politics in Republican Rome, éds. C. Steel – H. Van der Blom, Oxford 2013, 299-314.

VOLK K. – J. Zetzel, «Laurel, tongue and glory (Cicero, De consulatu suo Fr. 6 Soubiran)», Classical Quarterly 65, 2015, 204-223.

Itinéraire dans la satire de Juvénal

Gravure de John Dryden – 1711

Programme Semestre 2 – 2020-2021 (M2-M4 LC56LA)

Cet itinéraire poétique sera jalonné par l’étude d’une satire par livre dans le corpus de Juvénal : il sera ainsi possible de reconstituer un processus évolutif, allant des formes satiriques d’indignation à l’ironie. Par l’analyse linguistique et stylistique de ces textes, il est en outre possible de constater à quel point Juvénal n’a cessé de rechercher des formes inédites et variées d’écriture. La lecture des satires 1, 7 12 et 16 sera effectuée en lien étroit avec les principaux phénomènes littéraires des deux premiers siècles de notre ère à Rome : il s’agira notamment de replacer dans leur contexte toutes les allusions à l’école, à la grammaire, à la rhétorique, et notamment aux déclamations, à la production libraire, au folklore et à la culture matérielle de l’époque. Une attention particulière sera donnée aux textes documentaires, épigraphiques et papyrologiques, qui seront systématiquement traduits et commentés. Les liens entre Juvénal et ses modèles littéraires d’époque augustéenne, notamment Horace, seront également examinés en détail, car le rapport d’émulation qui affleure des satires juvénaliennes est souvent teinté d’ironie, voire de sarcasme.

Programme

Bibliographie

Édition

Le texte de référence est celui établi par W.V. Clausen, Persii et Iuvenalis Saturae, Oxford 19922 (OCT), mais une relecture critique permettra de le compléter et, à l’occurrence, de l’amender.

Références secondaires

Braund S. – J. Osgood éds., A Companion to Persius and Juvenal, Blackwell Companions to the Ancient World, Malden – Oxford 2012.

Courtney E., A Commentary on the Satires of Juvenal, London 1980 (Berkeley 2013²).

Stramaglia A., Giovenale, Satire 1, 7, 12, 16. Storia di un poeta, Bologna 2017.

 

 

Propagande et diffamation politiques à Rome : l’Appendix Sallustiana

MS Vat.lat.3864, 127r

Programme Semestre 1 – 2020-2021 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

La tradition manuscrite du corpus des œuvres de Salluste comporte, après les deux monographies portant sur Catilina et Jugurtha, des textes mineurs, dont les chercheurs modernes ne s’accordent pas encore à reconnaître l’authenticité. Il s’agit en effet soit d’œuvres écrites par Salluste avant la période de son engagement littéraire, c’est-à-dire les années 44-35 avant notre ère, et qui témoigneraient de sa participation à la réalisation et à la circulation de pamphlets politiques à la fin de la République à Rome, soit de produits anonymes plus tardifs, émanant des écoles de rhétorique. Les Epistulae ad Caesarem senem de re publica témoignent en effet du genre de l’exhortation au vainqueur à des fins de propagande politique : César est incité à choisir la voie de la clementia et à rendre la paix et la liberté à Rome, en s’opposant la corruption des milieux aristocrates ; l’Inuectiua in Ciceronem, pour sa part, correspond au genre de l’invective : les choix politiques et l’ambition de Cicéron sont violemment tournés en dérision. Outre leur apport à la reconstitution des formes d’écriture rhétorique, ces textes se révèlent extrêmement importants sur les plans linguistique et stylistique, tant par eux-mêmes que par rapport à Salluste, dont ils rassemblent toutes les options expressives.

Programme

Éditions

Le texte de référence celui de :

D. L. Reynolds, C. Sallusti Crispi Catilina, Iugurtha, Historiarum fragmenta selecta, Appendix Sallustiana, Oxford (OCT) 1991.

mais d’autres éditions seront également prises en compte:

A. Ernout, Pseudo-Salluste. Lettres à César. Invectives, Paris (CUF) 1962
A. Kurfess, C. Sallustius Crispus. Appendix Sallustiana, Leipzig (Teubner) 1970⁷.
J. T. Ramsey,  Sallust. Fragments of the Histories. Letters to Caesar, Cambridge–London (LOEB) 2015.
D. R. Shackleton Bailey, Cicero. Letters to Quintus and Brutus. Letter Fragments. Letter to Octavian. Invectives. Handbook of Electioneering, Cambridge–London (LOEB) 1991.

Éditions commentées et commentaires

P. Cugusi, <C. Sallusti Crispi> Epistulae ad Caesaram, Cagliari (Annali della Facoltà di Lettere – Filosofia e Magistero 31) 1968.
A. A. Novokhatko
, The Invectives of Sallust and Cicero, Belin–New York 2009.
E. Pasoli, Appendix Sallustiana. Inuectiua in M. Tullium Ciceronem, Bologna 1989².
K. Vretska, Sallust. Invektive und Episteln, Heidelberg 1961.

Bibliographie générale

Ansuategui A. D. (2017), « Incitement to Violence in Late Republican Political Oratory », Political Communication in the Roman World, ed. C. Rosillo-López, Leiden, p. 181-200.
Arena V. (2007), « Roman Oratorical Invective », A Companion to Roman Rhetoric, ed. W. Dominik – J. Hall, Malden MA – Oxford, p. 149-160.
Booth J. (2007), Cicero on the Attack: Invective and Subversion in the Orations and Beyond, Swansea.
Borgies L. (2016), Le conflit propagandiste entre Octavien et Marc Antoine. De l’usage politique de la uituperatio entre 44 et 30 a. C. n., Brussels.
Corbeill A. (2002), « Ciceronian Invective », Brill’s Companion to Cicero: Oratory and Rhetoric, ed. J.J. May, Leiden, p. 197-217.
Craig C. (2004), « Audience Expectation, Invective, Proof », Cicero the Advocate, ed. J. Powell – J. Paterson, Oxford, p. 187-213.
Dunkle J.R. (1967), « The Greek Tyrant and Roman Political Invective in the Late Republic », T&P APhA 98, p. 151-171.
Erskine A. (1991), « Hellenistic Monarchy and Roman Political Invective », CQ 41, p. 106-120.
Hawkins T. (2017), « Pollio’s Paradox. Popular Invective and the Transition to Empire », Popular Culture in the Ancient World, ed. L. Grig, Cambridge, p. 129-148.
Lintott A. (2013), Violence in Republican Rome, Oxford.
Merrill N.W. (1975), Cicero and Early Roman Invective, Cincinnati.
Powell J. – J. Paterson (2004), Political Communication in the Roman World, Oxford.
Steel C. – H. Van der Blom (2013), Community and Communication. Oratory and Politics in Republican Rome, Oxford.
Van der Blom H. (2011), « Historical exempla as Tools of Praise and Blame in Ciceronian Oratory », Praise and Blame in Roman Republican Rhetoric, ed. C. Smith – R. Covino, Swansea, p. 49-68.
Van der Blom H. (2011), « Historical exempla as Tools of Praise and Blame in Ciceronian Oratory », Praise and Blame in Roman Republican Rhetoric, ed. C. Smith – R. Covino, Swansea, p. 49-68.

Poésie cicéronienne

Canfora L. (1984), « Altri riferimenti ai poemi ciceroniani nell’Inuectiua in Ciceronem », Ciceroniana 5, p. 101-109.
Lomanto V. (1996), « Cedant arma togae », De tuo tibi. Omaggio degli allievi a Italo Lana, Bologna, p. 115-141.
Volk K. – J. Zetzel (2015), « Laurel, Tongue and Glory (Cicero, De Consulatu Suo frg. 6 Soubiran) », CQ 65, p. 204-223.

La Médée de Sénèque : naissance d’une héroïne négative

Programme Semestre 2 – 2019-2020 (M2-M4 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, bibliothèque de l’UFR de Latin

Tragédie de la mémoire, celle de Médée trouve son origine dans la conscience d’un passé, désormais lointain et révolu, où l’histoire d’amour avec Jason est confinée. Au moment où, après une longue série d’auteurs grecs et latins, Sénèque reprend ce mythe, mémoire et oubli sont encore une présence obsessive, mais le paradigme des amours élégiaques et le topos de la femme séduite et abandonnée laissent la place à la vengeance comme modèle absolu d’excès dans le mal. La déclaration méta-dramatique paria narrentur tua repudia thalamis « on se raconte déjà l’histoire de tes noces : Médée répudiée doit devenir légendaire » (v. 52-53, tr. F. Dupont) suggère une forme de complicité entre le personnage chargé de perpétrer le crime (nefas) et le poète qui s’occupe de la mise en discours de celui-ci. La Médée de Sénèque devient donc une héroïne consciente de son importance littéraire, qui lui assurera une forme d’immortalité. Dans l’éternel conflit entre discours et non-discours, la fabula tragica permet de faire parler ce sur quoi la censure morale voudrait imposer le silence comme forme de damnatio memoriae : la uirtus s’exprime dans l’accomplissement de la vengeance, vivifiée par les passions de l’ira et du furor, et la gloire résulte de la grandeur disproportionnée du nefas. L’importance de la rhétorique et la place que celle-ci accordait aux exempla tragiques jouent un rôle essentiel dans la relecture que Sénèque accomplit du mythe de Médée, pour en faire un paradigme nouveau, une forme de théâtre de la communication d’une redoutable puissance performative, destinée à durer, voire même à s’imposer, dans les siècles.

Le séminaire abordera les aspects historiques, linguistiques et stylistiques, philosophiques et performatifs de la Médée de Sénèque.

Bibliographie

Tous les textes seront fournis et mis en ligne dans le carnet de recherche du séminaire :  https://llhdt.hypotheses.org/. L’édition de référence du théâtre de Sénèque est celle procurée par O. Zwierlein (Oxford Classical Texts, 1986) ; un admirable commentaire scientifique est fourni par A. J. Boyle, Seneca : Medea, Oxford 2014. Pour une introduction à cette problématique cf. G. Damschen – A. Heil – M. Waida, Brill’s Companion to Seneca, Leiden-Boston, Brill 2014, part III, ‘Tragedy’, p. 405-530.

Programme

Bibliographie sélective complémentaire, avec les liens aux travaux en accès libre ou proposés par la BIS :

Abrahamsen, Laura, « Roman Marriage Law and the Conflict of Seneca’s Medea », QUCC 62 1999, 107-121

Arcellaschi, André, Médée dans le théâtre latin d’Ennius à Sénèque, Roma 1990

Aygon, Jean-Pierre, « Torua Erinys: phantasiai de la colère et des Érinyes dans le De ira et les tragédies de Sénèque », Incontri triestini di filologia classica 4, 2004-2005, 181-206

Aygon, Jean-Pierre, Ut scaena, sic uita : mise en scène et dévoilement dans les oeuvres philosophiques et dramatiques de Sénèque, Paris 2016

Bessone, Federica, « Medea, leonessa infanticida. Ovidio, Seneca e un paradosso euripideo », QuadTor 11, 1998, 171-197

Biondi, Giuseppe Gilberto, « Il filosofo e il poeta: Seneca contro Seneca? (Con una postilla sul monologo di Amleto e il De Providentia) », in Paolo Fedeli (a cura di), Scienza, cultura, morale in Seneca, Bari 2001, 17-34

Biondi, Giuseppe Gilberto, Il nefas argonautico. Mythos e logos nella Medea di Seneca, Bologna 1984

Biondi, Giuseppe Gilberto, « Una ipotesi di lettura: lo “stile filosofico” del drammatico Seneca », in Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López-Andrés Pociña eds., Granada 2002, 487-510

Blänsdorf, Jürgen, « “Stoici a teatro?” La Medea di Seneca nell’ambito della teoria della tragedia », RIL 130, 1996, 217-236

Degl’Innocenti Pierini, Rita, « Medea e Canidia, Canidia e Medea: percorsi intertestuali tra Orazio giambico e Seneca tragico », SIFC 106, 2013, 257-266

Degl’Innocenti Pierini, Rita, « Medea tra terra, ‘acque’ e cielo: sul prologo della Medea di Seneca », in L. Landolfi (a c. di), Ibo, ibo qua praerupta protendit iuga/meus Cithaeron. Paesaggi, luci e ombre nei prologhi senecani. Incontri sulla poesia lati

Deschamps, Lucienne, « L’auto-dérision de Sénèque dans sa Médée », REA 104, 2002, 211-218

Dupont, Florence, “Médée” de Sénèque ou comment sortir de l’humanité, Paris 2000

Gamberale, Leopoldo, « Osservazioni sulla Medea di Seneca », in L. Castagna – C. Riboldi (a cura di), Amicitiae templa serena. Studi in onore di Giuseppe Aricò, Milano 2008, I, 619-638

Garelli, Marie-Hélène, « Medée et les mères en deuil : échos, renvois, symétries dans le théâtre de Sénèque », Pal 45 1996, 191-204 = Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López – Andrés Pociña eds., Granada 2002, 549-564

Gazich, Roberto, « Cruenta maenas : sul riuso di un’immagine in Seneca tragico », in L. Castagna – C. Riboldi (a cura di), Amicitiae templa serena. Studi in onore di Giuseppe Aricò, Milano 2008, I, 681-697

Gill, Christopher, « Seneca and selfhood: integration and disintegration », in S. Bartsch – D. Wray (eds.), Seneca and the Self, Cambridge – New York 2009, 65-83

Lefèvre, Eckard, « La Medea di Seneca : negazione del “sapiente” stoico? », in Seneca e il suo tempo, a cura di Piergiorgio Parroni, Roma 2000, 377-393

Liebermann, Wolf-Lüder, « Medea », in G. Damschen & A. Heil (eds), Brill’s Companion to Seneca. Philosopher and Dramatist, Leiden 2014, 459-474

Mazzoli, Giancarlo, « La tragedia di Seneca come eidos del nefas », in G. Mazzoli, Il caos e le sue architetture. Trenta studi su Seneca tragico, Palermo 2016, 431-451

Mazzoli, Giancarlo, « Medea in Seneca: il logos del furor », in Atti delle giornate di studio su Medea, a cura di Renato Uglione, Torino 1997, 93-105 = Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López – Andrés Pociña eds., Granada 2002, 615-625

Mazzoli, Giancarlo, « Seneca tragico: le architetture del chaos », Dioniso 5, 2006, 106-117

Nussbaum, Martha C., « Serpents in the soul: A reading of Seneca’s Medea », in Ead., A Therapy of desire, Princeton 20092, 439-483

Perutelli, Alessandro, « Il primo coro della Medea di Seneca », MD 23, 1989, 99-117

Rosati, Giampiero, « Sangue sulla scena: un precetto oraziano (Ars poet. 185) e la Medea di Seneca », in Varietà d’harmonia et d’affetto, Studi in onore di Giovanni Marzi per il suo lxxv compleanno, a cura di Antonio Delfino, Lucca 1995, 3-10

Schiesaro, Alessandro, « Passion, reason and knowledge in Seneca’s Tragedies », in The passions in Roman thought and literature, edited by Susanna Morton Braund and Christopher Gill, Cambridge 1997, 89-111

Schiesaro, Alessandro, « Seneca and the denial of the self », in Shadi Bartsch – David Wray (eds.), Seneca and the self, Cambridge – New York 2009, 221-235

Trinacty, Christopher, « Seneca’s Heroides: Elegy in Seneca’s Medea », CJ 103, 2007, 63-78

Venini, Paola, « Seneca vs. Euripide: gnome e contenuti gnomici », QCTC 6-7, 1988-1989, 167-177

Correspondances : histoire et formes du genre épistolaire à Rome

Programme Semestre 1 – 2019-2020 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, salle d’Épigraphie, UFR de Grec

Les Anciens considéraient l’échange épistolaire comme un dialogue entre absents, visant à créer l’illusion d’être ensemble. Certains traits du dialogue oral en face-à-face (coram), même s’ils disparaissent, sont alors fictivement recréés : il devient même possible d’imaginer un interlocuteur virtuellement présent, avec lequel se développe une interaction fondée sur un système de tours de parole. En même temps, certaines émotions peuvent être exprimées d’une façon plus ouverte ou plus intense que dans le dialogue en face-à-face, comme l’écrit Cicéron à Luccéius : « J’ai voulu plus d’une fois aborder ce sujet de vive voix, et je ne sais quelle timidité presque paysanne m’a retenu ; aujourd’hui, de loin, je serai plus hardi ; car une lettre ne rougit pas (epistula enim non erubescit) » (fam. 5,12,2 : Antium, v. 12 avril 55). Ce séminaire retracera l’histoire du genre épistolaire à Rome à partir de deux types de documents : d’une part, les traités et les témoignages théoriques, où sont fournis des éléments normatifs portant sur les caractéristiques formelles de cette typologie textuelle, et d’autre part, les principaux corpus épistolaires, à commencer par celui de Cicéron, qui a joué un rôle fondamental dans la création de la typologie de l’épître littéraire, qui se retrouve chez Sénèque et chez Pline le Jeune. Une partie du séminaire sera réservée à l’influence de ces modèles dans les lettres poétiques d’Horace, Properce, Ovide et Stace.

  1. L’autographie et la circulation des lettres
  2. La matérialité de la lettre
  3. La divulgation intentionnelle des lettres
  4. L’histoire du corpus épistolaire cicéronien
  5. Lire les epistulae ad Atticum comme une œuvre littéraire: l’exemple d’Att. 3
  6. Lire les epistulae ad familiares comme une œuvre littéraire: l’exemple de fam. 16
  7. Julius Victor : la lettre comme sermo
  8. Julius Victor : l’aptum dans la correspondance
  9. Julius Victor: les règles de l’écriture épistolaire
  10. Entre réalité et création littéraire: les Epistulae morales ad Lucilium
  11. Les «cadres épistolaires» des Lettres à Lucilius
  12. Pline le Jeune et le genre de la «lettre d’art»
  13. Les épîtres poétiques: lecture parallèle d’Horace et d’Ovide
  14. Les lettres de recommandation de Cicéron à Fronton

Bibliographie générale

Collectanea

Cugusi, Paolo (1970), Epistolographi Latini minores, I : aetatem anteciceronianam amplectens, 1 : Testimonia et fragmenta ; 2 : Commentarium criticum, Torino : Paravia.

Cugusi, Paolo (1979), Epistolographi Latini minores, II, aetatem ciceronianam et augusteam complectens, 1 : Testimonia et fragmenta ; 2 : Commentarium criticum, Torino : Paravia.

Cugusi, Paolo (1992-2002), Corpus epistularum Latinarum papyris tabulis ostracis servatarum (CEL), I : Textus ; II : Commentarius ; III : Addenda, corrigenda, indices rerum, index verborum omnium, Firenze : Gonnelli.

Stowers, Stanley Kent (1986), Letter Writing in Greco-Roman Antiquity, Philadelphia : Westminster Press.

Trapp, Michael B. (2003), Greek and Latin Letters : An Anthology, with Translation, Cambridge–New York : CUP.

Zeiner-Carmichael, Noelle K. (2014), Roman Letters : An Anthology, Chichester : Wiley-Blackwell.

Collectifs

Desmulliez, Janine – Hoët-Van Cauwenberghe, Christine – Jolivet, Jean-Christophe éds. (2010), L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations, Lille : Université Charles-de-Gaulle.

Guillaumont, François – Laurence, Patrick éds. (2012), La présence de l’histoire dans l’épistolaire, Tours : Pr. Universitaires François-Rabelais (Epistulae Antiquae, 7).

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2006), Epistulae antiquae. 4. Actes du IVe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Leuven : Peeters.

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2008), Epistulae antiquae. 5. Actes du Ve colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Leuven : Peeters.

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2010), Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours, Tours : Pr. Universitaires François-Rabelais (Epistulae Antiquae, 6).

Morello, Ruth – Morrison, Andrew D. éds. (2007), Ancient Letters : Classical and Late Antique epistolography, Oxford–New York : OUP.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth (2000), Epistulae antiquae. Actes du Ier colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth éds. (2002), Epistulae antiquae. 2. Actes du IIe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth éds. (2004), Epistulae antiquae. 3. Actes du IIIe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Études

Biville, Frédérique (2014), « Lettres de soldats romains », in : La lettre gréco-latine : un genre littéraire ?, éd. Jean Schneider, Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 81-100.

Cugusi, Paolo (1970), « Studi sull’epistolografia latina, I : L’età preciceroniana », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 33, 1-112.

Cugusi, Paolo (1972), « Studi sull’epistolografia latina, II : Le età ciceroniana e augustea », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 33, 1-167.

Cugusi, Paolo (1983), Evoluzione e forme dell’epistolografia latina nella tarda repubblica e nei primi due secoli dell’impero, con cenni sull’epistolografia preciceroniana, Roma : Herder.

Cugusi, Paolo (1985), « Aspetti letterari della tarda epistolografia greco-latina », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 6, 115-139.

Cugusi, Paolo (1988), « Epistolografi », in : Dizionario degli Scrittori Greci e Latini, éd. Francesco Della Corte, II, Milano : Marzorati, 821-853.

Cugusi, Paolo (1989), « L’epistolografia : modelli e tipologie di comunicazione », in : Lo spazio letterario di Roma antica, II, La circolazione del testo, éd. Guglielmo Cavallo, Paolo Fedeli et Andrea Giardina, Roma : Salerno, 379-419.

Cugusi, Paolo (2005/2007), « Osservazioni sulle valenze storico-linguistica e letteraria dei papiri epistolari : in margine al vol. III del Corpus Epistularum Latinarum », Aufidus 19, 7-27 = Akten des 23. Internationalen Papyrologenkongresses, éd. Bernhard Palme, Wien : Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 141-151.

Ebbeler, Jennifer Valerie (2010), « Letters », in: The Oxford Handbook of Roman Studies, éd. Alessandro Barchiesi et Walter Scheidel, Oxford–New York : OUP, 464-476.

Garcea, Alessandro (2010), « Un genre mineur : la lettre grammaticale », in : Stylus : la parole dans ses formes, éd. Marc Baratin, Paris : Garnier, 163-176.

Gibson, Roy K. (2012), « On the Nature of Ancient Letter Collections », Journal of Roman Studies 102, 56-78.

Gibson, Roy K. (2013), « Letters into Autobiography : The Generic Mobility of the Ancient Letter Collection », in : Generic Interfaces in Latin Literature : Encounters, Interactions and Transformations, éd. Theodore D. Papanghelis, Stephen J. Harrison et Stavros Frangoulidis, Berlin–Boston (Mass.) : De Gruyter, 387-416.

Peter, Hermann (1901), Der Brief in der römischen Litteratur, Leipzig : Teubner.

Sogno, Cristiana (2014), « The Ghost of Cicero’s Letters : Epistolography and Historiography in Senatorial Letter-Writing », Journal of Late Antiquity 7, 201-222.

Thraede, Klaus (1970), Grundzüge griechisch-römischer Brieftopik, Munich: C. H. Beck.

Viallet, Marie (2013), « Femmes de lettres et lettres de femmes », Pan n. s. 2, 57-76.

Plautus uortit barbare : les Bacchides de Plaute et le Dis exapatōn de Ménandre

M. Plauti linguae latinae principis comoediae XX,
Venetiis : per Lazarum Soardum, 1511.

Littérature latine – Histoire des textes (M2 LC 56 LA)
Semestre 2 (à partir du 31/01/2019) : Jeudi 9h-11h. Salle d’Épigraphie, UFR de Grec.
Enseignant : M. Alessandro GARCEA

La formule par laquelle Plaute définit son rapport aux modèles grecs se situe dans le cadre plus général de la « traduction artistique », qui est aux origines de la littérature latine elle-même. Pour la plupart des comédies de Plaute, ces modèles grecs ne sont pas conservés et la reconstitution du caractère autonome des créations latines est réduite à des hypothèses : toutefois, la découverte en 1968 du papyrus d’Oxyrhynque 4407 (IIIe – IVe s. p. C.) comportant quelques dizaines de vers du Dis exapatōn de Ménandre, modèle des Bacchides de Plaute, a donné une possibilité unique de comparer très précisément quelques dizaines de vers de Plaute et de Ménandre.

La question de ce qui est proprement plautinien chez Plaute, abordée dans le livre célèbre d’Eduard Fraenkel, Plautinisches im Plautus (Berlin 1922), a donc enfin pu être traitée à partir d’un cas concret, où l’on voit à quel point il est important de faire une distinction entre la structure de l’intrigue, qui dépend de Ménandre, et l’originalité dialogique, verbale et rythmique de Plaute. Ces caractéristiques transforment le cadre introspectif du modèle dans un spectacle pyrotechnique de monologues véhéments et de cantica très élaborés.

L’étude des Bacchides de Plaute portera non seulement sur cette comparaison, mais aussi sur les points suivants : la fonction théâtrale du procédé des simillimi et l’importance du thème de l’équivoque ; la caractérisation des personnages ; la langue et la métrique de la comédie latine archaïque ; la transmission manuscrite du corpus plautinien.

L’édition de référence des Bacchides est celle procurée par Cesare Questa, T. Maccius Plautus. Bacchides, Florence 1975; le papyrus P.Oxy. 4407 a été édité par E.W. Handley dans le vol. lxiv de la série The Oxyrhynchus Papyri (Londres 1997). Tous les textes étudiés dans le cadre du séminaire seront mis à la disposition des participants et proposés en version électronique, avec annotation et bibliographie, dans le carnet de recherche du séminaire : https://llhdt.hypotheses.org/

La bella fabella d’Apulée : le conte d’Amour et Psyché

Maestro del Dado, La favola di Psiche (ca. 1500)

Programme Semestre 1 – 2018-2019 (M1-M3 LC56LA) :
jeudi, 9h-11h, salle G063, escalier E, 3ᵉ étage

Déjà dans la préface de ses Métamorphoses, Apulée souligne l’importance des nouvelles insérées dans son roman, choix qui devait probablement constituer un élément d’originalité par rapport aux sources grecques utilisées par cet auteur. La fonction de ces « récits dans le récit », souvent introduits par la voix elle-même d’un personnage (méta-récit), ne se limite pas à produire un sentiment de variété dans le lecteur, mais comporte également des effets structuraux sur l’ensemble de l’histoire de Lucius. Le conte d’Amour et Psyché se situe au centre exact de l’œuvre (Met. 4,28-6,24) et annonce, en guise de « variante sémantique » (Backhtine), l’interprétation symbolique de tout le roman : un chemin initiatique est en effet nécessaire, dans les deux cas, à expier une faute de curiositas et à permettre ensuite à l’âme (psuchè) d’atteindre un niveau supérieur de paix et de bonheur.

Le conte d’Amour et Psyché sera d’abord étudié comme exemple tout à fait original de croisement des genres du mythe et de la fable, cette dernière étant représentée par une longue série de récits folkloriques d’origine orientale. Une attention particulière sera donnée à la fonction narratologique des objets, à commencer par le lumen de Psyché. Un autre volet du séminaire sera consacré à l’inspiration philosophique, notamment à la présence d’éléments issus de la tradition platonicienne (la caverne, Éros, l’allégorie) et aux rapprochements que l’on peut faire entre cette section des Métamorphoses et les œuvres philosophiques d’Apulée. Une dernière partie sera réservée à l’histoire littéraire du conte d’Amour et Psyché à travers les siècles, à partir des traces que l’on peut retrouver dans les épigrammes de l’Anthologie Palatine jusqu’aux interprétations allégoriques qui se développent avec Martianus Capella et Fulgence, pour trouver une nouvelle vie dans la littérature et l’art du Quattrocento.

La meilleure édition des Métamorphoses demeure celle procurée par D. S. Robertson, Apulée. Les métamorphoses, trad. par P. Vallette, Paris 1940-1945 (CUF) ; le texte édité par Robertson est également disponible, avec traduction d’O. Sers, dans la collection Classiques en poche, Paris 2007.

Principaux commentaires : P. Grimal, Apulée. Métamorphoses, IV,28-VI,24 (Le Conte d’Amour et Psyché), Paris 1976² ; E.J. Kenney, Apuleius. Cupid & Psyche, Cambridge 1990 ; C. Moreschini, Il mito di Amore e Psiche in Apuleio, Napoli 1994 ; L.C. Purser, Apuleius. The Story of Cupid and Psyche, London 1910 ; M. Zimmerman – S. Panayotakis et al., Apuleius Madaurensis Metamorphoses. Books IV 28-35, V and VI 1-24. The Tale of Cupid and Psyche, Groningen 2004. Cf. aussi M. Zimmerman – S. Panayotakis et al. éds., Aspects of Apuleius’ Golden Ass, II, Cupid and Psyche, Groningen 1998.

  1. Aspects structuraux du conte d’Amour et Psyché
  2. L’incipit et le culte de la beauté de Psyché (met. 4,28-29)
  3. La réaction de Vénus (met. 4,29,5-31)
  4. Le point de vue de Psyché (met. 4,32)
  5. Le mariage funèbre de Psyché (met. 4,33-35)
  6. L’ekphrasis du palais d’Amour (met. 5,1-2)
  7. Amour se manifeste (met. 5,3-6)
  8. Apulée met. 5,5-18 : aspects structuraux
  9. La ruse des sœurs et la métaphore de la ville assiégée (met. 5,7,1-21,2)
  10. Les modèles mythologiques : Sirènes et Furies
  11. Objets animés et créatures non humaines
  12. L’allégorie de l’âme
  13. La colère «tragique» de Vénus (met. 5,28-30)
  14. La «comédie» de Cérès et Junon (met. 5,31)
  15. Les errances de Psyché (met. 6,1-5)
  16. Vénus sur l’Olympe (met. 6,6-9)
  17. Les épreuves initiatiques de Psyché (met. 6,10-21a)
  18. Le «happy end» (met. 6,21,2b-24,4)

César, la raison et les lettres

Séminaire du semestre 2 (M2-M4 LC56LA), mardi, 15h-17h, Bibliothèque de l’UFR de Latin

Ce séminaire se propose de replacer l’ensemble de l’œuvre de César, de la correspondance aux traités fragmentaires de cet auteur, dans le cadre de l’esprit critique qui se développa à Rome à la fin du Ier siècle av. J.-C. Peu après le moment où Lucrèce avait démontré que les phénomènes célestes, comme les dynamiques du monde terrestre, dépendent des lois rationnelles et immuables de la nature, la compréhension de la « raison » interne aux différents aspects de l’univers fit l’objet de la réflexion de César. Le nouveau système politique que celui-ci mit en place, fondé sur un nouveau rapport avec l’armée, se manifesta surtout dans une série de réformes juridiques et dans une vaste politique culturelle, témoignant de la quête d’une norme absolue et rationnelle, opposée à l’arbitraire, aux préjugés et aux négligences des représentants traditionnels des institutions. Pour étudier cette politique culturelle nous nous appuierons sur trois corpus complémentaires :

  • lus essentiellement comme documents historiques, les commentarii de bello Gallico et de bello ciuili comportent d’abord et avant tout une dimension littéraire trop souvent négligée, qui ne se réduit pas à la catégorie positiviste de l’ « art de la déformation historique », mais qui s’appuie sur l’émergence de nouvelles catégories ethnographiques, sociologiques et philosophiques, comme par exemple l’élaboration d’une conception du temps liée à l’occasio et à la fortuna;
  • les écrits fragmentaires de César incluent des lettres et des discours, dont le célèbre éloge funèbre de Iulia, remarquable exemple d’ « invention de la tradition », ainsi que des poèmes, où l’on trouve non seulement les libelli poétiques composés par le jeune César et censurés par Auguste, mais aussi une épigramme sur Térence répondant à Cicéron sur les questions fondamentales de la traduction artistique et du rôle de la palliata à l’époque tardo-républicaine ;
  • les traités Sur l’Analogie (De analogia) et Contre Caton (Anticato), eux aussi transmis sous forme fragmentaire, s’insèrent dans une polémique contre Cicéron au sujet des apports différents que l’orateur et le chef militaire peuvent fournir à l’État : au moment même où il était occupé par la guerre en Gaule, César esquissa en effet le projet d’une réforme de la langue latine fondée sur des normes stables, pour créer un véritable modèle de communication adapté aux besoins des nouveaux groupes sociaux annexés aux territoires romains.

Ce séminaire montrera comment César a pu concevoir ses activités littéraires et culturelles en tant qu’instruments de cohésion identitaire et symboles de sa politique d’inclusion culturelle. Les extraits fragmentaires des écrits de César sont édités par Alfred Klotz, Iuli Caesaris commentarii, III, Commentarii belli Alexandrini, belli Africi, belli Hispaniensis; accedunt C. Iuli Caesaris et A. Hirti fragmenta, Leipzig, Teubner, 1927, mais tous les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne dans le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire :

  1. L’éloquence de César dans le Brutus cicéronien
  2. Pline, César et le De consulatu suo de Cicéron
  3. Ratio et consuetudo à la fin de la République à Rome
  4. César orateur et historien
  5. La constitution des Commentarii de bello Gallico
  6. Le style des Commentarii de bello Gallico
  7. Les discours des Commentarii
  8. Genèse et évolution du corpus Caesarianum
  9. Le Bellum Alexandrinum et les modèles historiographiques
  10. Le corpus pseudo-césarien

Le livre antique dans le monde romain : témoignages littéraires et documentaires

Terentius Neo et son épouse (Pompéi, reg. VII 2, 6)

Programme Semestre 1 – 2017-2018 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

Bien que notre connaissance de la littérature latine ne se fonde sur aucun document autographe, il est possible de reconstituer les modalités de composition et de diffusion des œuvres littéraires à Rome en fonction des typologies de celles-ci, de l’attitude des lettrés à l’égard de ces processus éditoriaux et de la valeur de l’acte auctorial en lui-même. Nous suivrons deux pistes de recherche complémentaires :

  1. d’une part, une attention particulière sera prêtée aux témoignages littéraires sur la constitution et sur la transmission des textes, de la forme du poème épique archaïque d’Ennius aux évolutions des élégies qu’Ovide écrivit pendant son exile, du réseau épistolaire que Cicéron avait créé en lien avec l’édition de ses traités rhétoriques et philosophiques jusqu’à la diffusion non autorisée des textes de Quintilien ou aux cas de plagiat dont se plaignait Martial ;
  2. d’autre part, nous nous proposons de reconstituer les caractéristiques des œuvres littéraires latines à partir des fragments de papyrus, de codices en parchemin et d’autres types de support documentaire qui ont été conservés et transmis jusqu’à nous, notamment le papyrus de Cornélius Gallus (P.QasrIbrîm 1), témoignage fondamental sur l’origine de l’élégie latine à partir des recueils d’épigrammes ; le dialogue entre Alexandre le Grand et les Gymnosophistes (PSI VII 743), exemple de récit fantastique lié à la morale populaire ; certains des plus anciens témoins de Térence, de Virgile et de Juvénal sur papyrus (P.Oxy. XXIV 2401, P.Vindob. inv. L 103, PSI II 142 vo, P.Ant. inv. s.n.), sans oublier la littérature technique médicale ou gastronomique (P.Mich. VII 449, P.Heid. inv. Lat. 1).

L’étude de ces documents nous permettra de proposer un parcours inédit dans la littérature latine, suivant les dynamiques de transmission de celle-ci en Égypte (Nag Hammadi, Oxyrhynque, Karanis, etc.), jusque dans les provinces les plus éloignées de l’empire, et de reconstituer ainsi un moment fondamental de l’histoire de la culture occidentale. En plus des fiches proposées par le Leuven Database of Ancient Books (http://www.trismegistos.org/ldab/index.php), les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne dans le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire:

  1. Cornélius Gallus
  2. Le récit d’Alexandre et les Gymnosophistes
  3. Un texte théâtral : P.Hamb. II 167r
  4. Les premiers livres à Rome, entre mythe et réalité
  5. Catulle et l’écriture des textes poétiques
  6. Cicéron et l’écriture des textes en prose
  7. L’histoire du texte de Térence à l’école
  8. La mise à jour du « canon » des auteurs lus à l’école
  9. Juvénal et les scholies aux satires: P. Ant. s.n. (VIᵉ s.)
  10. P. Monts. Roca inv. 128-178
  11. Alcestis Barcinonensis