Archives de catégorie : Programmes

Formes de l’invective à la fin de la république à Rome (2) : Catulle

Programme Semestre 2 – 2021-2022 (M2-M4 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Un aspect souvent négligé de la production poétique de Catulle est lié au recours à l’invective. Celle-ci assume une pluralité de formes qui correspondent aux domaines auxquels elle est appliquée : les insultes et les polémiques deviennent ainsi un moyen indirect pour définir l’identité du poète et jouent un rôle fondamental dans les interactions sociales ; elles ont la force synthétique d’une argumentation rhétorique et puisent dans le même répertoire thématique. Nous nous concentrerons notamment sur les carmina d’invective politique, qui permettent à Catulle d’attaquer différentes typologies de personnages : il ne s’agit pas pour lui de proposer un idéal de la res publica qui remplace celui des triumvirs ou des optimates, mais de stigmatiser la corruption et la vulgarité de ceux qui jouissent de la faveur des puissants. Dans cet ensemble, se signalent notamment les carmina contre Cominius, dont le poète imagine le lynchage (discerptio) par la foule (102 et 108) ; la transposition littéraire d’une procédure de justice populaire comme la flagitatio contre une moecha (42) ; les agressions verbales contre César et les hommes de son entourage, notamment le praefectus frabrum Mamurra (29, 41, 43, 54, 57, 93, 94, 105, 114, 115).

L’édition de référence de Catulle est celle de R. A. B. Mynors, C. Valerii Catulli Carmina, Oxford 1958. Parmi les très nombreux commentaires des carmina, on se reportera notamment à C. J. Fordyce, Catullus. A Commentary, Oxford 1961, ainsi qu’au tout récent A. Fo, Gaio Valerio Catullo. Le poesie, Milan 2018.

Formes de l’invective à la fin de la république à Rome (1) : l’In Pisonem de Cicéron

Programme Semestre 1 – 2021-2022 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

Le discours In Pisonem est un violent réquisitoire, prononcé pendant l’été 55, contre le beau-père de César, considéré par Cicéron comme l’un des responsables de son exil de 58. Le caractère singulier de ce texte et les qualités littéraires qu’il révèle sont liés à l’adoption des formules typiques de l’invective et à la mise en parallèle (sunkrisis) des uirtutes de l’orateur et des uitia de l’antagoniste. Le fait que, pendant la même année 55, Cicéron ait écrit son De oratore nous incite à proposer une comparaison entre le modèle idéal d’éloquence esquissé dans le dialogue théorique et une pratique de l’éloquence tout à fait singulière : le réalisme du lexique, la place laissée au sermo familiaris et la tendance à représenter l’adversaire comme un masque comique obscène contribuent à distinguer l’In Pisonem du reste des discours cicéroniens. L’appartenance de Pison à l’épicurisme sera également abordée à partir des topoi de la littérature populaire anti-épicurienne contemporaine et de l’influence exercée à Rome par Philodème de Gadara.

L’In Pisonem est disponible en deux excellentes éditions, procurées par R. G. M. Nisbet (M. Tulli Ciceronis in L. Calpurnium Pisonem oratio, Oxford 1961) et par P. Grimal (Cicéron. Contre L. Pison, Paris 1966).

Bibliographie sélective

Invectives à Rome

ARENA V., «Roman Oratorical Invective», in : A Companion to Roman Rhetoric, éd. W. Dominik – J. Hall, Malden MA – Oxford 2007, 149-160.

CORBEILL A., «Ciceronian Invective», in :  Brill’s Companion to Cicero: Oratory and Rhetoric, éd. J. M. May, Leiden 2002, 197–218.

HAMMER S., «Contumeliae, quae in Ciceronis invectivis et epistulis occurrunt,
quatenus Plautinum reddeant sermonem», Rozprawy Akademii Umiejȩtnościi Wydzial
Filologiczny 26, 1906, 179-218.

In Pisonem

BLOCH H.L.,  «L. Calpurnius Piso Caesoninus in Samothrace and Herculaneum», American Journal of Archaeology 44, 1940, 485-493.

BONSANGUE V., «Il cipiglio del console. Allusioni e riscritture comiche nell’in Pisonem di Cicerone», Pan 22, 2004, 201-221.

CAVARZERE A., «Note alla in Pisonem di Cicerone», Materiali e Discussioni per l’analisi dei testi classici 33, 1994, 157-176.

CRISTOFOLI R., «Epicureo e politico: Lucio Calpurnio Pisone Cesonino», Giornale Italiano di Filologia, n.s. 3, 2012, 63-82.
 

DE LACY Ph., «Cicero’s Invective against Piso», Transactions and Proceedings of the American philological Association 72, 1941, 49-58.

DUGAN J., «How to Make (and Break) a Cicero: Epideixis, Textuality, and Self-fashioning in the Pro Archia and In Pisonem», Classical Antiquity 20, 2001, 35-77.

FERRARY J.L., «Réponse à Miriam Griffin», in : Cicéron et Philodème, éds. C. Auvray-Assayas – D. Delatte, Paris 2001, 85-99.

GARCEA A., Cicerone in esilio. L’epistolario e le passioni, Hildesheim – Zürich – New York 2005.

GOZZOLI S., «La in Pisonem di Cicerone: un esempio di polemica politica», Athenaeum 74, 1990, 451-463.

GRIFFIN M., «Piso, Cicero and their Audience», éds. C. Auvray-Assayas – D. Delatte, Paris 2001, 85-99.

GRIMAL P., «Le contenu historique du Contre Pison», Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 110/1, 1966, 95-107.

HUGHES J.J., «Piso’s Eyebrows», Mnemosyne 45, 1992, 234-237.

KOSTER S., Die Invektive in der griechischen und römischen Literatur, Meisenheim am Glan 1980.

KUBIAK D.P., «Piso’s Madness (Cic. in Pis. 21 and 47)», American Journal of Philology, 110, 1989, 237-245.

LOMANTO V., «Cedant arma togae», in : De tuo tibi. Omaggio degli allievi a Italo Lana, Bologna 1996, 115-141.

LOMANTO V., «Vendicarsi con la parola (in Pisonem 56 – 63a)», in : Linguaggi del potere, poteri del linguaggio, éds. E. BOna – M. Curnis, Alessandria 2010, 233-250.

MARSHALL B.A., «The Date of Delivery of Cicero’s in Pisonem», Classical Quarterly 25, 1975, 88-93.

PARATORE E., «Osservazioni sullo stile dell’orazione ciceroniana in Pisonem», in : Atti del I Congresso di studi ciceroniani, II, Roma 1961, 9-53.

PARATORE E., «Il linguaggio dell’aggressività nella Pisoniana e nella seconda Filippica», Ciceroniana, 8, 1994, 27-43.

PETRONE G., «Incrocio di fabulae nell’orazione contro Pisone», in : Lo spettacolo della giustizia, éds. G. Petrone – A. Casamento, Palermo 2006, 165-180.

SCUOTTO E., «Realtà umana e atteggiamenti politici e culturali di Lucio Calpurnio Pisone Cesonino», Rendiconti della Accademia di Archeologia Lettere e Belle arti, n.s. 47, 1972, 149-166.

TANDOI V., «Su tre cruces dell’in Pisonem», Rivista di Cultura classica e medioevale 20, 1978, 1189-1205 = Studi di filologia e di storia della cultura classica, I, Pisa 1992, 271-286.

VAN DER BLOM H., «Fragmentary speeches: the oratory and political career of Piso Caesoninus», in : Community and communication: oratory and politics in Republican Rome, éds. C. Steel – H. Van der Blom, Oxford 2013, 299-314.

VOLK K. – J. Zetzel, «Laurel, tongue and glory (Cicero, De consulatu suo Fr. 6 Soubiran)», Classical Quarterly 65, 2015, 204-223.

Itinéraire dans la satire de Juvénal

Gravure de John Dryden – 1711

Programme Semestre 2 – 2020-2021 (M2-M4 LC56LA)

Cet itinéraire poétique sera jalonné par l’étude d’une satire par livre dans le corpus de Juvénal : il sera ainsi possible de reconstituer un processus évolutif, allant des formes satiriques d’indignation à l’ironie. Par l’analyse linguistique et stylistique de ces textes, il est en outre possible de constater à quel point Juvénal n’a cessé de rechercher des formes inédites et variées d’écriture. La lecture des satires 1, 7 12 et 16 sera effectuée en lien étroit avec les principaux phénomènes littéraires des deux premiers siècles de notre ère à Rome : il s’agira notamment de replacer dans leur contexte toutes les allusions à l’école, à la grammaire, à la rhétorique, et notamment aux déclamations, à la production libraire, au folklore et à la culture matérielle de l’époque. Une attention particulière sera donnée aux textes documentaires, épigraphiques et papyrologiques, qui seront systématiquement traduits et commentés. Les liens entre Juvénal et ses modèles littéraires d’époque augustéenne, notamment Horace, seront également examinés en détail, car le rapport d’émulation qui affleure des satires juvénaliennes est souvent teinté d’ironie, voire de sarcasme.

Programme

Bibliographie

Édition

Le texte de référence est celui établi par W.V. Clausen, Persii et Iuvenalis Saturae, Oxford 19922 (OCT), mais une relecture critique permettra de le compléter et, à l’occurrence, de l’amender.

Références secondaires

Braund S. – J. Osgood éds., A Companion to Persius and Juvenal, Blackwell Companions to the Ancient World, Malden – Oxford 2012.

Courtney E., A Commentary on the Satires of Juvenal, London 1980 (Berkeley 2013²).

Stramaglia A., Giovenale, Satire 1, 7, 12, 16. Storia di un poeta, Bologna 2017.

 

 

Propagande et diffamation politiques à Rome : l’Appendix Sallustiana

MS Vat.lat.3864, 127r

Programme Semestre 1 – 2020-2021 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, Salle G063, UFR de Latin, Escalier E, 3ᵉ étage

La tradition manuscrite du corpus des œuvres de Salluste comporte, après les deux monographies portant sur Catilina et Jugurtha, des textes mineurs, dont les chercheurs modernes ne s’accordent pas encore à reconnaître l’authenticité. Il s’agit en effet soit d’œuvres écrites par Salluste avant la période de son engagement littéraire, c’est-à-dire les années 44-35 avant notre ère, et qui témoigneraient de sa participation à la réalisation et à la circulation de pamphlets politiques à la fin de la République à Rome, soit de produits anonymes plus tardifs, émanant des écoles de rhétorique. Les Epistulae ad Caesarem senem de re publica témoignent en effet du genre de l’exhortation au vainqueur à des fins de propagande politique : César est incité à choisir la voie de la clementia et à rendre la paix et la liberté à Rome, en s’opposant la corruption des milieux aristocrates ; l’Inuectiua in Ciceronem, pour sa part, correspond au genre de l’invective : les choix politiques et l’ambition de Cicéron sont violemment tournés en dérision. Outre leur apport à la reconstitution des formes d’écriture rhétorique, ces textes se révèlent extrêmement importants sur les plans linguistique et stylistique, tant par eux-mêmes que par rapport à Salluste, dont ils rassemblent toutes les options expressives.

Programme

Éditions

Le texte de référence celui de :

D. L. Reynolds, C. Sallusti Crispi Catilina, Iugurtha, Historiarum fragmenta selecta, Appendix Sallustiana, Oxford (OCT) 1991.

mais d’autres éditions seront également prises en compte:

A. Ernout, Pseudo-Salluste. Lettres à César. Invectives, Paris (CUF) 1962
A. Kurfess, C. Sallustius Crispus. Appendix Sallustiana, Leipzig (Teubner) 1970⁷.
J. T. Ramsey,  Sallust. Fragments of the Histories. Letters to Caesar, Cambridge–London (LOEB) 2015.
D. R. Shackleton Bailey, Cicero. Letters to Quintus and Brutus. Letter Fragments. Letter to Octavian. Invectives. Handbook of Electioneering, Cambridge–London (LOEB) 1991.

Éditions commentées et commentaires

P. Cugusi, <C. Sallusti Crispi> Epistulae ad Caesaram, Cagliari (Annali della Facoltà di Lettere – Filosofia e Magistero 31) 1968.
A. A. Novokhatko
, The Invectives of Sallust and Cicero, Belin–New York 2009.
E. Pasoli, Appendix Sallustiana. Inuectiua in M. Tullium Ciceronem, Bologna 1989².
K. Vretska, Sallust. Invektive und Episteln, Heidelberg 1961.

Bibliographie générale

Ansuategui A. D. (2017), « Incitement to Violence in Late Republican Political Oratory », Political Communication in the Roman World, ed. C. Rosillo-López, Leiden, p. 181-200.
Arena V. (2007), « Roman Oratorical Invective », A Companion to Roman Rhetoric, ed. W. Dominik – J. Hall, Malden MA – Oxford, p. 149-160.
Booth J. (2007), Cicero on the Attack: Invective and Subversion in the Orations and Beyond, Swansea.
Borgies L. (2016), Le conflit propagandiste entre Octavien et Marc Antoine. De l’usage politique de la uituperatio entre 44 et 30 a. C. n., Brussels.
Corbeill A. (2002), « Ciceronian Invective », Brill’s Companion to Cicero: Oratory and Rhetoric, ed. J.J. May, Leiden, p. 197-217.
Craig C. (2004), « Audience Expectation, Invective, Proof », Cicero the Advocate, ed. J. Powell – J. Paterson, Oxford, p. 187-213.
Dunkle J.R. (1967), « The Greek Tyrant and Roman Political Invective in the Late Republic », T&P APhA 98, p. 151-171.
Erskine A. (1991), « Hellenistic Monarchy and Roman Political Invective », CQ 41, p. 106-120.
Hawkins T. (2017), « Pollio’s Paradox. Popular Invective and the Transition to Empire », Popular Culture in the Ancient World, ed. L. Grig, Cambridge, p. 129-148.
Lintott A. (2013), Violence in Republican Rome, Oxford.
Merrill N.W. (1975), Cicero and Early Roman Invective, Cincinnati.
Powell J. – J. Paterson (2004), Political Communication in the Roman World, Oxford.
Steel C. – H. Van der Blom (2013), Community and Communication. Oratory and Politics in Republican Rome, Oxford.
Van der Blom H. (2011), « Historical exempla as Tools of Praise and Blame in Ciceronian Oratory », Praise and Blame in Roman Republican Rhetoric, ed. C. Smith – R. Covino, Swansea, p. 49-68.
Van der Blom H. (2011), « Historical exempla as Tools of Praise and Blame in Ciceronian Oratory », Praise and Blame in Roman Republican Rhetoric, ed. C. Smith – R. Covino, Swansea, p. 49-68.

Poésie cicéronienne

Canfora L. (1984), « Altri riferimenti ai poemi ciceroniani nell’Inuectiua in Ciceronem », Ciceroniana 5, p. 101-109.
Lomanto V. (1996), « Cedant arma togae », De tuo tibi. Omaggio degli allievi a Italo Lana, Bologna, p. 115-141.
Volk K. – J. Zetzel (2015), « Laurel, Tongue and Glory (Cicero, De Consulatu Suo frg. 6 Soubiran) », CQ 65, p. 204-223.

La Médée de Sénèque : naissance d’une héroïne négative

Programme Semestre 2 – 2019-2020 (M2-M4 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, bibliothèque de l’UFR de Latin

Tragédie de la mémoire, celle de Médée trouve son origine dans la conscience d’un passé, désormais lointain et révolu, où l’histoire d’amour avec Jason est confinée. Au moment où, après une longue série d’auteurs grecs et latins, Sénèque reprend ce mythe, mémoire et oubli sont encore une présence obsessive, mais le paradigme des amours élégiaques et le topos de la femme séduite et abandonnée laissent la place à la vengeance comme modèle absolu d’excès dans le mal. La déclaration méta-dramatique paria narrentur tua repudia thalamis « on se raconte déjà l’histoire de tes noces : Médée répudiée doit devenir légendaire » (v. 52-53, tr. F. Dupont) suggère une forme de complicité entre le personnage chargé de perpétrer le crime (nefas) et le poète qui s’occupe de la mise en discours de celui-ci. La Médée de Sénèque devient donc une héroïne consciente de son importance littéraire, qui lui assurera une forme d’immortalité. Dans l’éternel conflit entre discours et non-discours, la fabula tragica permet de faire parler ce sur quoi la censure morale voudrait imposer le silence comme forme de damnatio memoriae : la uirtus s’exprime dans l’accomplissement de la vengeance, vivifiée par les passions de l’ira et du furor, et la gloire résulte de la grandeur disproportionnée du nefas. L’importance de la rhétorique et la place que celle-ci accordait aux exempla tragiques jouent un rôle essentiel dans la relecture que Sénèque accomplit du mythe de Médée, pour en faire un paradigme nouveau, une forme de théâtre de la communication d’une redoutable puissance performative, destinée à durer, voire même à s’imposer, dans les siècles.

Le séminaire abordera les aspects historiques, linguistiques et stylistiques, philosophiques et performatifs de la Médée de Sénèque.

Bibliographie

Tous les textes seront fournis et mis en ligne dans le carnet de recherche du séminaire :  https://llhdt.hypotheses.org/. L’édition de référence du théâtre de Sénèque est celle procurée par O. Zwierlein (Oxford Classical Texts, 1986) ; un admirable commentaire scientifique est fourni par A. J. Boyle, Seneca : Medea, Oxford 2014. Pour une introduction à cette problématique cf. G. Damschen – A. Heil – M. Waida, Brill’s Companion to Seneca, Leiden-Boston, Brill 2014, part III, ‘Tragedy’, p. 405-530.

Programme

Bibliographie sélective complémentaire, avec les liens aux travaux en accès libre ou proposés par la BIS :

Abrahamsen, Laura, « Roman Marriage Law and the Conflict of Seneca’s Medea », QUCC 62 1999, 107-121

Arcellaschi, André, Médée dans le théâtre latin d’Ennius à Sénèque, Roma 1990

Aygon, Jean-Pierre, « Torua Erinys: phantasiai de la colère et des Érinyes dans le De ira et les tragédies de Sénèque », Incontri triestini di filologia classica 4, 2004-2005, 181-206

Aygon, Jean-Pierre, Ut scaena, sic uita : mise en scène et dévoilement dans les oeuvres philosophiques et dramatiques de Sénèque, Paris 2016

Bessone, Federica, « Medea, leonessa infanticida. Ovidio, Seneca e un paradosso euripideo », QuadTor 11, 1998, 171-197

Biondi, Giuseppe Gilberto, « Il filosofo e il poeta: Seneca contro Seneca? (Con una postilla sul monologo di Amleto e il De Providentia) », in Paolo Fedeli (a cura di), Scienza, cultura, morale in Seneca, Bari 2001, 17-34

Biondi, Giuseppe Gilberto, Il nefas argonautico. Mythos e logos nella Medea di Seneca, Bologna 1984

Biondi, Giuseppe Gilberto, « Una ipotesi di lettura: lo “stile filosofico” del drammatico Seneca », in Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López-Andrés Pociña eds., Granada 2002, 487-510

Blänsdorf, Jürgen, « “Stoici a teatro?” La Medea di Seneca nell’ambito della teoria della tragedia », RIL 130, 1996, 217-236

Degl’Innocenti Pierini, Rita, « Medea e Canidia, Canidia e Medea: percorsi intertestuali tra Orazio giambico e Seneca tragico », SIFC 106, 2013, 257-266

Degl’Innocenti Pierini, Rita, « Medea tra terra, ‘acque’ e cielo: sul prologo della Medea di Seneca », in L. Landolfi (a c. di), Ibo, ibo qua praerupta protendit iuga/meus Cithaeron. Paesaggi, luci e ombre nei prologhi senecani. Incontri sulla poesia lati

Deschamps, Lucienne, « L’auto-dérision de Sénèque dans sa Médée », REA 104, 2002, 211-218

Dupont, Florence, “Médée” de Sénèque ou comment sortir de l’humanité, Paris 2000

Gamberale, Leopoldo, « Osservazioni sulla Medea di Seneca », in L. Castagna – C. Riboldi (a cura di), Amicitiae templa serena. Studi in onore di Giuseppe Aricò, Milano 2008, I, 619-638

Garelli, Marie-Hélène, « Medée et les mères en deuil : échos, renvois, symétries dans le théâtre de Sénèque », Pal 45 1996, 191-204 = Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López – Andrés Pociña eds., Granada 2002, 549-564

Gazich, Roberto, « Cruenta maenas : sul riuso di un’immagine in Seneca tragico », in L. Castagna – C. Riboldi (a cura di), Amicitiae templa serena. Studi in onore di Giuseppe Aricò, Milano 2008, I, 681-697

Gill, Christopher, « Seneca and selfhood: integration and disintegration », in S. Bartsch – D. Wray (eds.), Seneca and the Self, Cambridge – New York 2009, 65-83

Lefèvre, Eckard, « La Medea di Seneca : negazione del “sapiente” stoico? », in Seneca e il suo tempo, a cura di Piergiorgio Parroni, Roma 2000, 377-393

Liebermann, Wolf-Lüder, « Medea », in G. Damschen & A. Heil (eds), Brill’s Companion to Seneca. Philosopher and Dramatist, Leiden 2014, 459-474

Mazzoli, Giancarlo, « La tragedia di Seneca come eidos del nefas », in G. Mazzoli, Il caos e le sue architetture. Trenta studi su Seneca tragico, Palermo 2016, 431-451

Mazzoli, Giancarlo, « Medea in Seneca: il logos del furor », in Atti delle giornate di studio su Medea, a cura di Renato Uglione, Torino 1997, 93-105 = Medeas. Versiones de un mito desde Grecia hasta hoy, I, Aurora López – Andrés Pociña eds., Granada 2002, 615-625

Mazzoli, Giancarlo, « Seneca tragico: le architetture del chaos », Dioniso 5, 2006, 106-117

Nussbaum, Martha C., « Serpents in the soul: A reading of Seneca’s Medea », in Ead., A Therapy of desire, Princeton 20092, 439-483

Perutelli, Alessandro, « Il primo coro della Medea di Seneca », MD 23, 1989, 99-117

Rosati, Giampiero, « Sangue sulla scena: un precetto oraziano (Ars poet. 185) e la Medea di Seneca », in Varietà d’harmonia et d’affetto, Studi in onore di Giovanni Marzi per il suo lxxv compleanno, a cura di Antonio Delfino, Lucca 1995, 3-10

Schiesaro, Alessandro, « Passion, reason and knowledge in Seneca’s Tragedies », in The passions in Roman thought and literature, edited by Susanna Morton Braund and Christopher Gill, Cambridge 1997, 89-111

Schiesaro, Alessandro, « Seneca and the denial of the self », in Shadi Bartsch – David Wray (eds.), Seneca and the self, Cambridge – New York 2009, 221-235

Trinacty, Christopher, « Seneca’s Heroides: Elegy in Seneca’s Medea », CJ 103, 2007, 63-78

Venini, Paola, « Seneca vs. Euripide: gnome e contenuti gnomici », QCTC 6-7, 1988-1989, 167-177

Correspondances : histoire et formes du genre épistolaire à Rome

Programme Semestre 1 – 2019-2020 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 12h-14h, salle d’Épigraphie, UFR de Grec

Les Anciens considéraient l’échange épistolaire comme un dialogue entre absents, visant à créer l’illusion d’être ensemble. Certains traits du dialogue oral en face-à-face (coram), même s’ils disparaissent, sont alors fictivement recréés : il devient même possible d’imaginer un interlocuteur virtuellement présent, avec lequel se développe une interaction fondée sur un système de tours de parole. En même temps, certaines émotions peuvent être exprimées d’une façon plus ouverte ou plus intense que dans le dialogue en face-à-face, comme l’écrit Cicéron à Luccéius : « J’ai voulu plus d’une fois aborder ce sujet de vive voix, et je ne sais quelle timidité presque paysanne m’a retenu ; aujourd’hui, de loin, je serai plus hardi ; car une lettre ne rougit pas (epistula enim non erubescit) » (fam. 5,12,2 : Antium, v. 12 avril 55). Ce séminaire retracera l’histoire du genre épistolaire à Rome à partir de deux types de documents : d’une part, les traités et les témoignages théoriques, où sont fournis des éléments normatifs portant sur les caractéristiques formelles de cette typologie textuelle, et d’autre part, les principaux corpus épistolaires, à commencer par celui de Cicéron, qui a joué un rôle fondamental dans la création de la typologie de l’épître littéraire, qui se retrouve chez Sénèque et chez Pline le Jeune. Une partie du séminaire sera réservée à l’influence de ces modèles dans les lettres poétiques d’Horace, Properce, Ovide et Stace.

  1. L’autographie et la circulation des lettres
  2. La matérialité de la lettre
  3. La divulgation intentionnelle des lettres
  4. L’histoire du corpus épistolaire cicéronien
  5. Lire les epistulae ad Atticum comme une œuvre littéraire: l’exemple d’Att. 3
  6. Lire les epistulae ad familiares comme une œuvre littéraire: l’exemple de fam. 16
  7. Julius Victor : la lettre comme sermo
  8. Julius Victor : l’aptum dans la correspondance
  9. Julius Victor: les règles de l’écriture épistolaire
  10. Entre réalité et création littéraire: les Epistulae morales ad Lucilium
  11. Les «cadres épistolaires» des Lettres à Lucilius
  12. Pline le Jeune et le genre de la «lettre d’art»
  13. Les épîtres poétiques: lecture parallèle d’Horace et d’Ovide
  14. Les lettres de recommandation de Cicéron à Fronton

Bibliographie générale

Collectanea

Cugusi, Paolo (1970), Epistolographi Latini minores, I : aetatem anteciceronianam amplectens, 1 : Testimonia et fragmenta ; 2 : Commentarium criticum, Torino : Paravia.

Cugusi, Paolo (1979), Epistolographi Latini minores, II, aetatem ciceronianam et augusteam complectens, 1 : Testimonia et fragmenta ; 2 : Commentarium criticum, Torino : Paravia.

Cugusi, Paolo (1992-2002), Corpus epistularum Latinarum papyris tabulis ostracis servatarum (CEL), I : Textus ; II : Commentarius ; III : Addenda, corrigenda, indices rerum, index verborum omnium, Firenze : Gonnelli.

Stowers, Stanley Kent (1986), Letter Writing in Greco-Roman Antiquity, Philadelphia : Westminster Press.

Trapp, Michael B. (2003), Greek and Latin Letters : An Anthology, with Translation, Cambridge–New York : CUP.

Zeiner-Carmichael, Noelle K. (2014), Roman Letters : An Anthology, Chichester : Wiley-Blackwell.

Collectifs

Desmulliez, Janine – Hoët-Van Cauwenberghe, Christine – Jolivet, Jean-Christophe éds. (2010), L’étude des correspondances dans le monde romain de l’Antiquité classique à l’Antiquité tardive : permanences et mutations, Lille : Université Charles-de-Gaulle.

Guillaumont, François – Laurence, Patrick éds. (2012), La présence de l’histoire dans l’épistolaire, Tours : Pr. Universitaires François-Rabelais (Epistulae Antiquae, 7).

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2006), Epistulae antiquae. 4. Actes du IVe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Leuven : Peeters.

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2008), Epistulae antiquae. 5. Actes du Ve colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Leuven : Peeters.

Laurence, Patrick – Guillaumont, François éds. (2010), Les écritures de la douleur dans l’épistolaire de l’Antiquité à nos jours, Tours : Pr. Universitaires François-Rabelais (Epistulae Antiquae, 6).

Morello, Ruth – Morrison, Andrew D. éds. (2007), Ancient Letters : Classical and Late Antique epistolography, Oxford–New York : OUP.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth (2000), Epistulae antiquae. Actes du Ier colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth éds. (2002), Epistulae antiquae. 2. Actes du IIe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Nadjo, Léon – Gavoille, Élisabeth éds. (2004), Epistulae antiquae. 3. Actes du IIIe colloque international « L’épistolaire antique et ses prolongements européens », Louvain–Paris : Peeters.

Études

Biville, Frédérique (2014), « Lettres de soldats romains », in : La lettre gréco-latine : un genre littéraire ?, éd. Jean Schneider, Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 81-100.

Cugusi, Paolo (1970), « Studi sull’epistolografia latina, I : L’età preciceroniana », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 33, 1-112.

Cugusi, Paolo (1972), « Studi sull’epistolografia latina, II : Le età ciceroniana e augustea », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 33, 1-167.

Cugusi, Paolo (1983), Evoluzione e forme dell’epistolografia latina nella tarda repubblica e nei primi due secoli dell’impero, con cenni sull’epistolografia preciceroniana, Roma : Herder.

Cugusi, Paolo (1985), « Aspetti letterari della tarda epistolografia greco-latina », Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Cagliari 6, 115-139.

Cugusi, Paolo (1988), « Epistolografi », in : Dizionario degli Scrittori Greci e Latini, éd. Francesco Della Corte, II, Milano : Marzorati, 821-853.

Cugusi, Paolo (1989), « L’epistolografia : modelli e tipologie di comunicazione », in : Lo spazio letterario di Roma antica, II, La circolazione del testo, éd. Guglielmo Cavallo, Paolo Fedeli et Andrea Giardina, Roma : Salerno, 379-419.

Cugusi, Paolo (2005/2007), « Osservazioni sulle valenze storico-linguistica e letteraria dei papiri epistolari : in margine al vol. III del Corpus Epistularum Latinarum », Aufidus 19, 7-27 = Akten des 23. Internationalen Papyrologenkongresses, éd. Bernhard Palme, Wien : Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 141-151.

Ebbeler, Jennifer Valerie (2010), « Letters », in: The Oxford Handbook of Roman Studies, éd. Alessandro Barchiesi et Walter Scheidel, Oxford–New York : OUP, 464-476.

Garcea, Alessandro (2010), « Un genre mineur : la lettre grammaticale », in : Stylus : la parole dans ses formes, éd. Marc Baratin, Paris : Garnier, 163-176.

Gibson, Roy K. (2012), « On the Nature of Ancient Letter Collections », Journal of Roman Studies 102, 56-78.

Gibson, Roy K. (2013), « Letters into Autobiography : The Generic Mobility of the Ancient Letter Collection », in : Generic Interfaces in Latin Literature : Encounters, Interactions and Transformations, éd. Theodore D. Papanghelis, Stephen J. Harrison et Stavros Frangoulidis, Berlin–Boston (Mass.) : De Gruyter, 387-416.

Peter, Hermann (1901), Der Brief in der römischen Litteratur, Leipzig : Teubner.

Sogno, Cristiana (2014), « The Ghost of Cicero’s Letters : Epistolography and Historiography in Senatorial Letter-Writing », Journal of Late Antiquity 7, 201-222.

Thraede, Klaus (1970), Grundzüge griechisch-römischer Brieftopik, Munich: C. H. Beck.

Viallet, Marie (2013), « Femmes de lettres et lettres de femmes », Pan n. s. 2, 57-76.

Plautus uortit barbare : les Bacchides de Plaute et le Dis exapatōn de Ménandre

M. Plauti linguae latinae principis comoediae XX,
Venetiis : per Lazarum Soardum, 1511.

Littérature latine – Histoire des textes (M2 LC 56 LA)
Semestre 2 (à partir du 31/01/2019) : Jeudi 9h-11h. Salle d’Épigraphie, UFR de Grec.
Enseignant : M. Alessandro GARCEA

La formule par laquelle Plaute définit son rapport aux modèles grecs se situe dans le cadre plus général de la « traduction artistique », qui est aux origines de la littérature latine elle-même. Pour la plupart des comédies de Plaute, ces modèles grecs ne sont pas conservés et la reconstitution du caractère autonome des créations latines est réduite à des hypothèses : toutefois, la découverte en 1968 du papyrus d’Oxyrhynque 4407 (IIIe – IVe s. p. C.) comportant quelques dizaines de vers du Dis exapatōn de Ménandre, modèle des Bacchides de Plaute, a donné une possibilité unique de comparer très précisément quelques dizaines de vers de Plaute et de Ménandre.

La question de ce qui est proprement plautinien chez Plaute, abordée dans le livre célèbre d’Eduard Fraenkel, Plautinisches im Plautus (Berlin 1922), a donc enfin pu être traitée à partir d’un cas concret, où l’on voit à quel point il est important de faire une distinction entre la structure de l’intrigue, qui dépend de Ménandre, et l’originalité dialogique, verbale et rythmique de Plaute. Ces caractéristiques transforment le cadre introspectif du modèle dans un spectacle pyrotechnique de monologues véhéments et de cantica très élaborés.

L’étude des Bacchides de Plaute portera non seulement sur cette comparaison, mais aussi sur les points suivants : la fonction théâtrale du procédé des simillimi et l’importance du thème de l’équivoque ; la caractérisation des personnages ; la langue et la métrique de la comédie latine archaïque ; la transmission manuscrite du corpus plautinien.

L’édition de référence des Bacchides est celle procurée par Cesare Questa, T. Maccius Plautus. Bacchides, Florence 1975; le papyrus P.Oxy. 4407 a été édité par E.W. Handley dans le vol. lxiv de la série The Oxyrhynchus Papyri (Londres 1997). Tous les textes étudiés dans le cadre du séminaire seront mis à la disposition des participants et proposés en version électronique, avec annotation et bibliographie, dans le carnet de recherche du séminaire : https://llhdt.hypotheses.org/

La bella fabella d’Apulée : le conte d’Amour et Psyché

Maestro del Dado, La favola di Psiche (ca. 1500)

Programme Semestre 1 – 2018-2019 (M1-M3 LC56LA) :
jeudi, 9h-11h, salle G063, escalier E, 3ᵉ étage

Déjà dans la préface de ses Métamorphoses, Apulée souligne l’importance des nouvelles insérées dans son roman, choix qui devait probablement constituer un élément d’originalité par rapport aux sources grecques utilisées par cet auteur. La fonction de ces « récits dans le récit », souvent introduits par la voix elle-même d’un personnage (méta-récit), ne se limite pas à produire un sentiment de variété dans le lecteur, mais comporte également des effets structuraux sur l’ensemble de l’histoire de Lucius. Le conte d’Amour et Psyché se situe au centre exact de l’œuvre (Met. 4,28-6,24) et annonce, en guise de « variante sémantique » (Backhtine), l’interprétation symbolique de tout le roman : un chemin initiatique est en effet nécessaire, dans les deux cas, à expier une faute de curiositas et à permettre ensuite à l’âme (psuchè) d’atteindre un niveau supérieur de paix et de bonheur.

Le conte d’Amour et Psyché sera d’abord étudié comme exemple tout à fait original de croisement des genres du mythe et de la fable, cette dernière étant représentée par une longue série de récits folkloriques d’origine orientale. Une attention particulière sera donnée à la fonction narratologique des objets, à commencer par le lumen de Psyché. Un autre volet du séminaire sera consacré à l’inspiration philosophique, notamment à la présence d’éléments issus de la tradition platonicienne (la caverne, Éros, l’allégorie) et aux rapprochements que l’on peut faire entre cette section des Métamorphoses et les œuvres philosophiques d’Apulée. Une dernière partie sera réservée à l’histoire littéraire du conte d’Amour et Psyché à travers les siècles, à partir des traces que l’on peut retrouver dans les épigrammes de l’Anthologie Palatine jusqu’aux interprétations allégoriques qui se développent avec Martianus Capella et Fulgence, pour trouver une nouvelle vie dans la littérature et l’art du Quattrocento.

La meilleure édition des Métamorphoses demeure celle procurée par D. S. Robertson, Apulée. Les métamorphoses, trad. par P. Vallette, Paris 1940-1945 (CUF) ; le texte édité par Robertson est également disponible, avec traduction d’O. Sers, dans la collection Classiques en poche, Paris 2007.

Principaux commentaires : P. Grimal, Apulée. Métamorphoses, IV,28-VI,24 (Le Conte d’Amour et Psyché), Paris 1976² ; E.J. Kenney, Apuleius. Cupid & Psyche, Cambridge 1990 ; C. Moreschini, Il mito di Amore e Psiche in Apuleio, Napoli 1994 ; L.C. Purser, Apuleius. The Story of Cupid and Psyche, London 1910 ; M. Zimmerman – S. Panayotakis et al., Apuleius Madaurensis Metamorphoses. Books IV 28-35, V and VI 1-24. The Tale of Cupid and Psyche, Groningen 2004. Cf. aussi M. Zimmerman – S. Panayotakis et al. éds., Aspects of Apuleius’ Golden Ass, II, Cupid and Psyche, Groningen 1998.

  1. Aspects structuraux du conte d’Amour et Psyché
  2. L’incipit et le culte de la beauté de Psyché (met. 4,28-29)
  3. La réaction de Vénus (met. 4,29,5-31)
  4. Le point de vue de Psyché (met. 4,32)
  5. Le mariage funèbre de Psyché (met. 4,33-35)
  6. L’ekphrasis du palais d’Amour (met. 5,1-2)
  7. Amour se manifeste (met. 5,3-6)
  8. Apulée met. 5,5-18 : aspects structuraux
  9. La ruse des sœurs et la métaphore de la ville assiégée (met. 5,7,1-21,2)
  10. Les modèles mythologiques : Sirènes et Furies
  11. Objets animés et créatures non humaines
  12. L’allégorie de l’âme
  13. La colère «tragique» de Vénus (met. 5,28-30)
  14. La «comédie» de Cérès et Junon (met. 5,31)
  15. Les errances de Psyché (met. 6,1-5)
  16. Vénus sur l’Olympe (met. 6,6-9)
  17. Les épreuves initiatiques de Psyché (met. 6,10-21a)
  18. Le «happy end» (met. 6,21,2b-24,4)

César, la raison et les lettres

Séminaire du semestre 2 (M2-M4 LC56LA), mardi, 15h-17h, Bibliothèque de l’UFR de Latin

Ce séminaire se propose de replacer l’ensemble de l’œuvre de César, de la correspondance aux traités fragmentaires de cet auteur, dans le cadre de l’esprit critique qui se développa à Rome à la fin du Ier siècle av. J.-C. Peu après le moment où Lucrèce avait démontré que les phénomènes célestes, comme les dynamiques du monde terrestre, dépendent des lois rationnelles et immuables de la nature, la compréhension de la « raison » interne aux différents aspects de l’univers fit l’objet de la réflexion de César. Le nouveau système politique que celui-ci mit en place, fondé sur un nouveau rapport avec l’armée, se manifesta surtout dans une série de réformes juridiques et dans une vaste politique culturelle, témoignant de la quête d’une norme absolue et rationnelle, opposée à l’arbitraire, aux préjugés et aux négligences des représentants traditionnels des institutions. Pour étudier cette politique culturelle nous nous appuierons sur trois corpus complémentaires :

  • lus essentiellement comme documents historiques, les commentarii de bello Gallico et de bello ciuili comportent d’abord et avant tout une dimension littéraire trop souvent négligée, qui ne se réduit pas à la catégorie positiviste de l’ « art de la déformation historique », mais qui s’appuie sur l’émergence de nouvelles catégories ethnographiques, sociologiques et philosophiques, comme par exemple l’élaboration d’une conception du temps liée à l’occasio et à la fortuna;
  • les écrits fragmentaires de César incluent des lettres et des discours, dont le célèbre éloge funèbre de Iulia, remarquable exemple d’ « invention de la tradition », ainsi que des poèmes, où l’on trouve non seulement les libelli poétiques composés par le jeune César et censurés par Auguste, mais aussi une épigramme sur Térence répondant à Cicéron sur les questions fondamentales de la traduction artistique et du rôle de la palliata à l’époque tardo-républicaine ;
  • les traités Sur l’Analogie (De analogia) et Contre Caton (Anticato), eux aussi transmis sous forme fragmentaire, s’insèrent dans une polémique contre Cicéron au sujet des apports différents que l’orateur et le chef militaire peuvent fournir à l’État : au moment même où il était occupé par la guerre en Gaule, César esquissa en effet le projet d’une réforme de la langue latine fondée sur des normes stables, pour créer un véritable modèle de communication adapté aux besoins des nouveaux groupes sociaux annexés aux territoires romains.

Ce séminaire montrera comment César a pu concevoir ses activités littéraires et culturelles en tant qu’instruments de cohésion identitaire et symboles de sa politique d’inclusion culturelle. Les extraits fragmentaires des écrits de César sont édités par Alfred Klotz, Iuli Caesaris commentarii, III, Commentarii belli Alexandrini, belli Africi, belli Hispaniensis; accedunt C. Iuli Caesaris et A. Hirti fragmenta, Leipzig, Teubner, 1927, mais tous les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne dans le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire :

  1. L’éloquence de César dans le Brutus cicéronien
  2. Pline, César et le De consulatu suo de Cicéron
  3. Ratio et consuetudo à la fin de la République à Rome
  4. César orateur et historien
  5. La constitution des Commentarii de bello Gallico
  6. Le style des Commentarii de bello Gallico
  7. Les discours des Commentarii
  8. Genèse et évolution du corpus Caesarianum
  9. Le Bellum Alexandrinum et les modèles historiographiques
  10. Le corpus pseudo-césarien

Le livre antique dans le monde romain : témoignages littéraires et documentaires

Terentius Neo et son épouse (Pompéi, reg. VII 2, 6)

Programme Semestre 1 – 2017-2018 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

Bien que notre connaissance de la littérature latine ne se fonde sur aucun document autographe, il est possible de reconstituer les modalités de composition et de diffusion des œuvres littéraires à Rome en fonction des typologies de celles-ci, de l’attitude des lettrés à l’égard de ces processus éditoriaux et de la valeur de l’acte auctorial en lui-même. Nous suivrons deux pistes de recherche complémentaires :

  1. d’une part, une attention particulière sera prêtée aux témoignages littéraires sur la constitution et sur la transmission des textes, de la forme du poème épique archaïque d’Ennius aux évolutions des élégies qu’Ovide écrivit pendant son exile, du réseau épistolaire que Cicéron avait créé en lien avec l’édition de ses traités rhétoriques et philosophiques jusqu’à la diffusion non autorisée des textes de Quintilien ou aux cas de plagiat dont se plaignait Martial ;
  2. d’autre part, nous nous proposons de reconstituer les caractéristiques des œuvres littéraires latines à partir des fragments de papyrus, de codices en parchemin et d’autres types de support documentaire qui ont été conservés et transmis jusqu’à nous, notamment le papyrus de Cornélius Gallus (P.QasrIbrîm 1), témoignage fondamental sur l’origine de l’élégie latine à partir des recueils d’épigrammes ; le dialogue entre Alexandre le Grand et les Gymnosophistes (PSI VII 743), exemple de récit fantastique lié à la morale populaire ; certains des plus anciens témoins de Térence, de Virgile et de Juvénal sur papyrus (P.Oxy. XXIV 2401, P.Vindob. inv. L 103, PSI II 142 vo, P.Ant. inv. s.n.), sans oublier la littérature technique médicale ou gastronomique (P.Mich. VII 449, P.Heid. inv. Lat. 1).

L’étude de ces documents nous permettra de proposer un parcours inédit dans la littérature latine, suivant les dynamiques de transmission de celle-ci en Égypte (Nag Hammadi, Oxyrhynque, Karanis, etc.), jusque dans les provinces les plus éloignées de l’empire, et de reconstituer ainsi un moment fondamental de l’histoire de la culture occidentale. En plus des fiches proposées par le Leuven Database of Ancient Books (http://www.trismegistos.org/ldab/index.php), les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne dans le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire:

  1. Cornélius Gallus
  2. Le récit d’Alexandre et les Gymnosophistes
  3. Un texte théâtral : P.Hamb. II 167r
  4. Les premiers livres à Rome, entre mythe et réalité
  5. Catulle et l’écriture des textes poétiques
  6. Cicéron et l’écriture des textes en prose
  7. L’histoire du texte de Térence à l’école
  8. La mise à jour du « canon » des auteurs lus à l’école
  9. Juvénal et les scholies aux satires: P. Ant. s.n. (VIᵉ s.)
  10. P. Monts. Roca inv. 128-178
  11. Alcestis Barcinonensis

Sénèque et la satire : une lecture de l’Apocoloquintose

capture-decran-2017-02-06-a-12-24-01

Saint Gallen, Stiftsbibliothek, Cod. Sang. 569, inscriptio (www.e-codices.unifr.ch)

Programme Semestre 2 – 2016-2017 (M2-M4 LC56LA) : mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

À la demande du jeune Néron, en 54, Sénèque se trouva obligé d’écrire l’éloge funèbre de l’empereur Claude, responsable de son exil et de son absence de Rome pendant huit ans. Bien que le discours, prononcé par Néron, fût touchant et élégant, le public, qui en connaissait l’auteur, ne put retenir le rire devant l’exaltation rhétorique de la sagesse du défunt. En même temps, auprès du même milieu aristocratique qui avait assisté à cette laudatio, Sénèque fit circuler un pamphlet connu sous les titres de Ludus de morte Claudii et d’Apokolokyntosis, voire encore de Diui Claudii apotheosis per saturam. Il s’agissait là d’une invective personnelle âpre, décrivant Claude comme un être dépourvu de qualités intellectuelles et de force morale, qui, après sa mort, n’avait pu se faire admettre dans l’assemblée des dieux et qui avait fini par être envoyé aux Enfers comme esclave de l’affranchi Ménandre.

L’Apocoloquintose appartient au genre de la satire ménippée, mêlant prose et vers, tons sérieux et comiques, polémique et préceptes moraux d’inspiration cynique. Sénèque se sert de cette forme littéraire pour produire un texte extraordinaire, qui inclut un nombre particulièrement élevé de citations et de réminiscences littéraires de toutes sortes, qui combine les niveaux linguistiques et stylistiques les plus différents, dans le but d’émettre, sous le voile de l’ironie, un verdict sans appel à l’égard d’un princeps fortement détesté.

L’édition de référence de l’Apocoloquintose est celle de Renata Roncali, L. Annaei Senecae Diui Claudii ΑΠΟΚΟΛΟΚΥΝΤΩΣΙΣ, Leipzig, Teubner 1990.

Commentaires particulièrement utiles : Carlo Ferdinando Russo, L. Annaei Senecae divi Claudii Ἀποκολοκύντωσις, Firenze 1985⁶ ; P. T. Eden, Seneca: Apocolocyntosis, Cambridge 2002² ; Luciano De Biasi, Apocolocyntosis, in Id. et al. Lucio Anneo Seneca. La clemenza, Apocolocyntosis, Epigrammi, Frammenti, Torino 2009, 301-477 ; Alice Bonandini, Il contrasto menippeo: prosimetro, citazioni e commutazione di codice nell’Apocolocyntosis di Seneca, Trento 2010.

Index du séminaire :

  1. Introduction à la satire latine
  2. Le titre de l’Apocoloquintose
  3. Chapitre 1 : le préambule historiographique
  4. Chapitre 2 : les périphrases épiques
  5. Chapitres 3-4 : Mercure, Apollon et les Parques
  6. Le discours De iure honorum Gallis dando de l’empereur Claude
  7. Claude : empereur érudit
  8. Chapitre 5 : Hercule comique et le dialogue homérisant
  9. Chapitre 6 : l’arrivée de Fièvre
  10. Chapitre 7 : Hercule tragique et Claude
  11. Chapitre 8 : le discours du dieu anonyme
  12. Chapitre 9 : les discours de Janus et de Diespiter
  13. Chapitres 10-11 : le discours d’Auguste
  14. Chapitre 12 : les laudes Claudii
  15. Chapitre 13 : Claude aux Enfers
  16. Chapitre 14a : le procès de Claude
  17. Chapitres 14b-15 : le double verdict

Pompéi : reconstitution d’un espace littéraire

sans-titre

Programme Semestre 1 – 2016-2017 (M1-M3 LC56LA) :
mardi, 15h-17h, bibliothèque de l’UFR de latin, escalier E, 3ᵉ étage

Le processus de romanisation de l’ancienne ville osque de Pompéi, colonisée par Sylla et caractérisée par la présence d’une tradition hellénistique vivante, a produit un espace littéraire riche et multiforme, mais moins connu que les vestiges archéologiques et artistiques qui sont visibles encore aujourd’hui. Afin de reconstituer la circulation des textes et les activités culturelles de Pompéi, nous nous intéresserons à trois types de sources :

  • Les carmina Latina epigraphica pompéiens témoignent de la diffusion de la littérature alexandrine, mais aussi des liens étroits avec les avant-gardes littéraires de Rome, comme le prouvent la production épigrammatique du poète Tiburtinus par rapport à l’expérience néotérique ou l’émergence précoce de thèmes élégiaques dans plusieurs graffiti.
  • En ce qui concerne le théâtre, les genres mineurs comme le mime et l’atellane offrent une vaste typologie de formes parodiques, allant de la représentation caricaturale de différents groupes sociaux jusqu’à la dérision des topoi tragiques, et finissent par « contaminer » d’autres formes d’écriture poétique.
  • Enfin, certains documents de latin non-littéraire, comme les tablettes des Sulpicii et celles de L. Caecilius Iucundus, permettent de faire des parallèles avec la langue des affranchis du Satyricon et de jeter un nouveau regard sur le « réalisme » du roman.

Tous les textes seront distribués dans le cadre du séminaire et mis en ligne sur le carnet de recherche Littérature latine et histoire des textes : https://llhdt.hypotheses.org/.

Index du séminaire :
  1. Pompéi : les sources écrites
  2. Pompéi : le contexte et son histoire
  3. Les épigrammes de Tiburtinus
  4. La diffusion du genre épigrammatique à Rome
  5. La poésie pré-néotérique à Rome
  6. De l’épigramme à l’élégie: Cornélius Gallus
  7. Les citations littéraires dans les graffiti de Pompéi
  8. Le langage formulaire de l’élégie dans les graffiti de Pompéi
  9. Les ludi scaenici à Pompéi
  10. Les formes de théâtre populaire : l’Atellane
  11. Les formes de théâtre populaire : mime et pantomime
  12. Les ludi circenses
  13. Les affiches électorales (programmata)
  14. Les textes juridiques sur tablettes
  15. Les abécédaires
  16. Textes latins sur papyrus d’Herculanum et Pompéi
Plan de Pompéi (CIL iv, 1867)
Plan touristique du site actuel de Pompéi
Alison E. Cooley et M.G.L. Cooley éds., Pompeii and Herculaneum. A Sourcebook, London–New York 2014². 
Marcello Gigante, Civiltà delle forme letterarie nell'antica Pompei, Napoli 1979.

Un voyage rapide comme un rêve : le Somnium Scipionis

Mai1828_Class.auct.vol.1_tavola

Programme 2015-2016 – 2ⁿᵈ semestre
(tous les mardis, 16h-18h, en Sorbonne, salle E659)

Les expériences oniriques permettent de dévoiler des désirs et d’imaginer ce qu’il n’est pas possible de croire. Dans la partie la plus longue qui nous soit parvenue du sixième et dernier livre du De republica, et qui a eu une tradition manuscrite beaucoup plus importante que tout le reste de l’œuvre, Cicéron adopte le topos du songe pour introduire le voyage astral du protagoniste et trouve ainsi un équilibre parfait entre spéculation et imagination.

Se servant d’une technique narrative complexe, où un personnage interne au récit, Scipion Émilien, raconte un songe qu’il a fait en Afrique (le somnium Scipionis au sens subjectif), et dont le protagoniste avait été son grand-père, Scipion l’Africain (le somnium Scipionis au sens objectif), Cicéron développe plusieurs thèmes qui avaient une longue tradition littéraire et philosophique : l’oraculum, portant spécifiquement sur la carrière politique et militaire de Scipion Émilien, la révélation du destin des âmes après la mort et la description des sphères qui forment la structure de l’univers et qui produisent une harmonie musicale « céleste » par leur rotation. Une représentation géographique de la Terre permet enfin d’introduire le thème de la gloire, que Cicéron avait développé dans son De gloria, aujourd’hui perdu, écrit peu avant le De officiis, où cette question est également traitée en détail.

Dans ce séminaire, nous examinerons un certain nombre de problèmes textuels qui permettent de réfléchir, plus largement, à la forme littéraire du Somnium Scipionis, aux topoi des songes et des voyages dans l’au-delà dans la littérature antique, à la langue archaïsante de ce dialogue censé se dérouler en 129 av. J.‑C.

Grâce à la collaboration de Jean-Baptiste Guillaumin (MCF à l’UFR de latin et membre junior de l’IUF), une partie des séances sera réservée aux commentateurs tardo-antiques du Somnium, au rapport entre philosophie et encyclopédisme dans les interprétations de ce texte et, plus spécifiquement, à l’exposé d’astronomie que l’on trouve dans le Commentaire de Macrobe.

L’édition de référence du Songe de Scipion est celle de R. Caldini Montanari, Tradizione medievale ed edizione critica del Somnium Scipionis, Firenze 2002, mais il faudra également tenir compte de J. G. F. Powell, M. Tulli Ciceronis De re publica, De legibus, Cato Maior De senectute, Laelius De amicitia, Oxford 2006. Tous les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire.

Index du séminaire :
  1. La tradition textuelle du De republica
  2. Les manuscrits du Somnium antérieurs au XIIᵉ siècle
  3. L’écriture du De republica
  4. Le De republica : aspects structuraux
  5. Le Somnium Scipionis : aspects structuraux
  6. Le Somnium : songe, vision ou fiction ?
  7. La révélation de l’immortalité de l’âme et le platonisme pythagorisant du Somnium
  8. La révélation astrale
  9. L’harmonie des sphères
  10. La gloire et l’espace
  11. La gloire et le temps
  12. L’automotricité de l’âme
  13. Le commentaires de Favonius Eulogius et de Macrobe

Le latin à Byzance (IVᵉ-VIIIᵉ siècles) : langue, littérature et culture

Programme 2015-2016 – 1ᵉʳ semestre
(tous les mardis, 16h-18h, en Sorbonne, salle E659)

La fondation de Constantinople par Constantin Iᵉʳ en 330 est un événement exceptionnel : en effet, cette ville, conçue comme une noua Roma, représente l’État romain, avec ses institutions et son apparat bureaucratique et militaire, qui s’organise dans le monde grec, qui y favorise le progrès de la langue latine, et qui crée les conditions d’une latinisation durable.

Dans l’histoire de ce transfert, les rapports entre le grec et le latin évoluent et se modifient constamment. D’abord, de nombreuses tensions socio-culturelles souterraines, qui n’avaient pas été entièrement résolues, resurgissent autour de la question des modèles de formation : à l’avocat-rhéteur, formé à la mode hellénique pour la société provinciale des poleis se substitue l’avocat-juriste, transformé en officialis supérieur, à la disposition d’un gouverneur ou d’un haut fonctionnaire, et instruit dans le cadre d’un enseignement supérieur dont l’État détient désormais le monopole. Puis, sur la longue durée, le latin perd progressivement du terrain dans le fonctionnement de l’administration, mais cette perte d’influence en tant que langue d’usage des fonctionnaires est concomitante d’un renversement de valeurs : par la constitution du corpus iuris ciuilis et de sommes grammaticales comme l’Ars Prisciani, par la transcription d’importantes œuvres littéraires voulue par un milieu aristocratique sensible aux classiques, le latin devient une langue de culture face au grec, langue d’usage et de pouvoir.

Dans ce séminaire, nous nous intéresserons à tous les aspects de ces dynamiques linguistiques, littéraires et culturelles. Seront notamment abordés les sujets suivants :

  1. la circulation des manuscrits, les bibliothèques et les pratiques d’écriture (témoignages paléographiques, papyrologiques et épigraphiques)
  2. le phénomènes d’appropriation littéraire : les traductions, les formes d’aemulatio, le système des genres littéraires
  3. la constitution des corpus juridiques et grammaticaux
  4. la langue de l’Église
  5. la langue de l’armée
  6. le cérémonial de la cour byzantine.

Les textes étudiés seront distribués dans le cadre du séminaire.

Index du séminaire :
  1. Le latin dans la pars Orientis de l’Empire (Iᵉʳ-IIIᵉ s.)
  2. Les glossaires bilingues hétérographiques
  3. La production écrite de l’empereur Constantin (1)
  4. La production écrite de l’empereur Constantin (2)
  5. La culture littéraire de Constance II à Valens
  6. Conflits sous Constance II
  7. L’émergence du digraphisme
  8. Le premier codex miscellaneus grec-latin
  9. Les plus anciennes subscriptiones
  10. Byzance ville multilingue sous Arcadius
  11. Théodose II et la “division du travail linguistique”
  12. Le latin juridique sous Théodose II
  13. La création de l’université de Constantinople
  14. La constitution d’un corpus boécien à Constantinople
  15. L’ars Prisciani et la naissance d’une “interlangue”
  16. Le corpus iuris ciuilis de Justinien
  17. Latin et grec dans l’administration de Justinien